Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

L’idée de l’être et la dévoration actuelle

27 Août 2014, 09:08am

Publié par pascal doyelle

L’idée de l’être et la dévoration actuelle

Le vivant se rend le milieu intelligent, un vivant est son adaptation à tel milieu. La cervelle déploie intérieurement son milieu propre et c’est cette reproduction que la cervelle exploite autant qu’elle peut. Dans la cervelle survient une articulation qui sort de celle-ci et tend vers le donné-là, de sorte que l’information est retraitée par l’articulation en se rapportant à la cervelle et son pseudo milieu, mais l’articulation s’émancipe et vaut pour elle-même de sorte qu’elle élabore un réseau en plus de la cervelle qui est non plus fondé sur le stockage intérieur mais qui s’élabore dans son activité même, ouvrant la dimension de la réflexivité au sens propre qui tisse en plus donc une machinerie dite intentionnelle ; laquelle est l’actualité.

Cela vise à accélérer le traitement de l’information dans l’actualité même (et non plus dans le pseudo milieu qui lui-même déjà remplaçait le milieu naturel du vivant). On assiste donc à une réflexivité à l’intérieur de la réflexivité de la cervelle précédente, qui aboutit à l’accélération de l’actualité même du monde, tel que donné « là ». il ne s’agit lus du donné-là (le monde perçu, parlé, échangé, toujours à fondement particulier) mais du donné « là ».

Par le « là » est désigné à la fois l’actualité et la dimension même de ce qui est ouvert. Etant donné la quantité d’informations qui sont disponibles dans le là, il est requis un mini mécanisme le plus simple et le plus performant possible ; un mécanisme qui en tient à rien et est seulement le report de lui vers lui-même dans sa pure fonction unique. Unique puisque chaque actualité n’est de fait redevable qu’à elle-même ; c’est en un sens l’actualité (de ce qui se passe, de ce qui arrive, de ce qui a lieu, de ce qui a effectivement et réellement lieu) qui prend conscience d’elle-même ; sauf qu’évidement il faut un « être », un être-réel qui en tienne lieu (du lieu) et qu’alors cet être est assujetti à « lui-même » ; l’individué radical est le rapport ayant lieu actuellement et qui se désigne lui-même en tant qu’idée de l’être. $

Contrairement à ce qui se pense habituellement, l’idée de l’être est l’actualité absolue qui réclame son dû. Ce qui se désigne comme éternité de l’être, omniscience ou toute puissance ou pensée totale ou système absolu, etc, est l’appel dans l’actualité absolue de tout ce qui est en une fois présente. Et présente ici et maintenant ; l’articulation, la réflexivité, l’actualité radicale est « ce qui refuse de se soumettre » à quoi que ce soit et qui abonde dans le sens unique d’un présent ici même, ici et maintenant. La convocation de tout dans l’instant unique du réel.

Commenter cet article