Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

Architecturer le Bord du monde

3 Octobre 2015, 09:59am

Publié par pascal doyelle

L’Exister vertical.

Il faut prendre les énoncés comme tels ; au lieu de l’absolu tout là-haut perché, on ,« on », a décidé que l’absolu était le Un, et que le Un étant insécable c’est ici et maintenant que l’être est. C’est ce que signifient les grecs, qui prennent à rebrousse poils tout ce qui s'est réalisé (et c'est bel et bien exploré dans d'autres civilisations).

Il faut comprendre que le Un, de ce fait, est vraiment là. Ça n’est pas le Un ressemblant et s'installant comme monde, c’est la ressemblance du Un envahissant le monde. Le Un s’impose comme découpe intégrale de tout ce qui est (même l'Etre grec, tant choyé, ou dieu sont des agissements hyper actifs de découpage via le Un en une indéfinité de uns)

On a vu par ailleurs que bien qu’il soit nommé comme étant l’Etre, des grecs ou dieu plus tard si l’on veut (celui christique, ce qui est déjà bien plus compliqué, parce que ce n’est plus le Un-tout-autre judaïque), ce qui compte soudainement c’est l’exister. L’exister est « ce qui est réellement » ; l’être en est simplement le dépôt. Tout est mémoires, sauf l’exister. et l'exister est cette forme du présent.

Si de plus on se demande ; mais qu’est-ce qui nous est arrivé ? On répondra que c’est le Un, en tant que l’on a décidé de ramener l’absolu vers le donné et le « là ». La sauvagerie ontologique du Un, qui, certes, dérive tout autant en violence décuplée qu’en intellectivité (inutile de le nier) ; entendant par là l’invention d’esthétiques, d’éthiques, de politiques, d’acculturation et de personnalisations efficaces, ayant effets dans la réalité, ne reflétant plus l’absolu là-haut, ou une régulation synthétique relative à un groupe-langage-monde particulier, mais activant ici même le Un ultra distinctif.

Cette distinctivité n’est nullement prisonnière des grecs, ou des chrétiens ou de Descartes jusqu’à Husserl, ou Nietzsche ; c’est la structure de conscience qui n’appartient à rien, ni à personne ; mécanisme extrait du phénomène groupe-langage-monde particulier ; mécanisme qui jusqu’alors couvait sous chaque monde particulier. (et probablement l'arc de conscience qui se produit dans la cervelle est ce qui engendre groupe et langage, et non l'inverse).

Ça n’est donc pas l’universel (cad la réflexion) qui fut inventé, mais la réflexivité ; le retour de la structure-seule sur elle-même ; de là son activisme tout crin, en tous domaines du monde, du vécu, du donné, sa folie et sa passion, son appel interne et externe qui a outrepassé invinciblement tous les mondes particuliers. Ça n’est pas la raison qui fut inventée, mais la folie structurelle spécifique, ce qui veut dire unique ; il n’est qu’une seule structure dont l’humain, en quelque manifestation, est causé, partout intégralement présente en quelque monde humain que ce soit, sauf qu’autour de la méditerranée elle se représente elle-même ; structure (réflexivité) jusqu’alors active sous le couvert des mondes particuliers, groupe-langage-monde localisé, mais qui, en se re-présentant, active cette structure en acte qui s’extrait de tout monde (vers le monde unique) et se propose (soi) au présent et intégralement réalisée. Une forme sans rine est immédiatement la forme (non composée) qu'elle est, alors même qu'elle prend prétexte de telle ou telle nomination (elle se représente dans le monde, forcément), et ainsi l'être est lui-même une formule, abstraite, autre, vide, mais acquisitive, acharnée, usant les systèmes, puisque articulation même exposée.

Et les idées, platoniciennes, sont actuellement argumentées, chainées, pensées, l’attention n’a plus affaire à l’absolu au-delà et hors du monde ; en somme les idées platoniciennes augmentent notre champ et ceci pour ce monde effectivement réel, c’est seulement ensuite que l’on critiquera et caricaturera l’idéalisme ; puisqu’alors en ce second temps on cherchera à préciser plus encore cette présence et suite à la découverte cartésienne que la pensée s’origine plus loin (qu’elle s’origine d’une structure, antérieure à la pensée comme donné là, et élancée du "là" du donné, se renouvelant par le réel emportant la et les réalités).

De sorte que la structure pure et simple, brute voir brutale doit se maitriser et que c’est cette finalité qui est architecturée premièrement ; ce qui signifie créer la représentation qui lui permette de se contrôler a minima. Ce que porte également la structure de suspension du sujet cartésien (et Kant et Hegel et Husserl, etc) ; que la structure qui est réflexive et s’engendrant de zéro et que c’est par dessus la pensée, le contenu, le contenu ré-enroulé secondement depuis que l’on a outrepassé les mondes particuliers et créé des idées, soit donc l'élaboration intentionnalisatrice qui se réfère à l'expérimentation purement individuée, l'ici même du "là" dont seules les consciences, une par une, sont effectrices (il n'est aucune carte du territoire) ; et non des idées "de l’absolu" (qu'il a pu être sciemment et formidablement pensé par d'autres rapports à l'être), mais des idées liées ici et maintenant. Depuis que l’on n’effectue plus de synthèse sans analytique, que le Un est facteur de découpes et non pas que tout se réunisse dans le Un, qui serait alors l’absolu ; le Un est sinon l’inverse du moins tout Autre que l’absolu (le christ n’est pas le dieu-un et la pensée hégélienne est un esprit vide qui redécoupe tous ses devenirs mais n’est lui-même que le négatif pur du dialectique).

C’est sauvagement, donc, selon l'Altérité même qu'est le Un appliqué ici (et où le Un s'appliquerait-il sinon dans cela seul qui existe ; le présent), que l’ontologie cartésienne relancera autrement la métaphysique ; qui se crée d’abord comme métaphysique, cad archi-intentionnalisation des grecs, dans la pensée, comme retour vers la détermination de la conscience, et qui s’impose qu’elle soit idées, maitrise des contenus par une archi-structure dénommée explicitement comme être, formulation formelle et systèmes de rapports, cad d'idées ; c’est la mise en œuvre non pas d’un discours étal qui joue mais la mise en œuvre, en forme de l’arc de conscience vers sa finalité instantanée ; le réel, l’être n’est rien que le nom donné au réel par sa technologie comme Pensée, qui recherchera ensuite à se préciser, comme méta-intentionnalisation, cad retour sur l’intentionnalisation qui découvre son origine ; la suspension cartésienne, le nouménal, le « ce qui résiste » à la pensée, puisqu’antérieur.

La réflexivité qui couvre donc l’archi, l’hyper, le méta et le proactivisme (comme déploiement machinique du mécanisme de base de la conscience-de faisant retour sur sa performance spécifique et unique, cad universellement active dans le Même présent de toute humanisation, ou personnalisation) est l’exploration de cet-être posé là sur le Bord du monde (la transcendance est dans le monde lui-même, l’absolu est transformé vers le Un ici même) ; ce qui revient à dire que le Un est l’altérité radicale, à la racine, et c’est cela qui s’éprouve depuis la décision de se produire comme Un ici même. Aussi les expérimentations des consciences (qu’elles soient pensée grecque, dimensionnelle à partir du christique, radicale technologie étrange, ou réflexive cartésienne, mais aussi celle des grands sujets ; chacun les siens, Rimbaud par ex ou Nietzsche ou Ph K Dick), ces expérimentations ne réalisent, ne rendent réelles nullement des « idées » mais le devenir protocolaire de la structure antérieure à tout, qu’est non pas notre être (qui tombe dans le monde, le vécu, le corps, constamment) mais rendent réel notre Exister.

Il est évident que l’on ne peut pas exister son Exister ; mais les grands sujets s’usent le mental (et épuisent leur corps et dégradent ou malmènent leur moi ou détruisent leur relationnel, etc) à re-produire cet Exister. Et quelque chose passe du Bord dans le monde. Et ce à qui ils en appellent ce sont chacune des consciences à leur portée. Et sur cette ligne externe-interne du Bord, on avance. Que le sujet soit impossible ou la ligne qu'est le Bord, n'implique pas que nous n'y atteignons pas (puisque nous le sommes ... nous sommes cet exister lui-même, c'est cette altérité exténuante qui se tient comme pointe aigüe attirante de l'altérité effectrice en nous). "Conscience" est en nous un mécanisme (purement vide et formel, dont on a pu imaginer ou penser quantité de contenus, mais qui survole ces identités et en use comme de symptômes de sa puissance formelle) ; "conscience" est en chaque moi à la fois absolument identique formellement à toute autre conscience, un mécanisme, et assurant à chaque fois le Un de chacune ; il n'est rien de plus Autre et empli de l'Altérité que cette différence qui ne comporte aucune distinction en elle.

Il faudrait écrire ; conscience DE (soi) ; le (soi) est absent purique c'est le DE qui fait le rapport, et que le rapport n'est rien que ce rapport même, ajoutons dans chaque présent.

Commenter cet article