Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

La consumation, le présent

22 Mai 2016, 13:00pm

Publié par pascal doyelle

S’il est un présent c’est que tout avance. La réalité se dirige vers ses possibilités. Si ce qui devient était écrit quelque part, il serait déjà là ; comme il n’est pas déjà là, il ne sait pas ce qu’il va devenir et donc il est, forcément, plusieurs possibilités de devenir ; y compris de néfastes devenirs.

On ne peut par ailleurs constater que le constatable ; il se peut que ailleurs, quelque part en quelque temps, tout soit réalisé, mais on n’en obtient aucune trace compréhensible ni même imaginable (ça se borne à de vagues imaginations inutilisables) ; par contre il faut constater que ici et maintenant seul le présent existe.

Le problème est décisif ; si le présent existe, il est tout ce qui existe (qui soit constatable). Et même hors de cette constatation comme méthode, si le présent existe, l’exister existe ; ou donc, cela seul qui permet de définir « l’être » c’est l’exister ; il n’est rien en-deçà de l’exister, et rien au-delà (qui soit perceptible ou imaginable) ; l’exister est un fait et littéralement un fait absolu ; soit on existe soit on n’existe pas, mais si on existe c’est absolument existant.

Autrement dit il ne faut pas concevoir le présent comme ce qui conclut ou le résultat, mais comme la forge même de toutes les déterminations ; sans doute telles et telles causes produisent ceci ou cela, mais l’ensemble de tous les ceci ou cela est un seul présent, de même que le présent est la seule et unique constante de tout ce qui passe. Tout brûle sauf le feu, le feu est d’un autre ordre que ce qu’il consume.

Commenter cet article