Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

Histoire de la philosophie, structure de l’exister

8 Avril 2017, 08:09am

Publié par pascal doyelle

L’histoire se déroule en quatre temps ; dieu et en tant que christique, la pensée grecque, le sujet cartésien, la pensée de l’altérité (Nietzsche, Heidegger, Sartre, Lacan).

La pensée re-tourne le monde, le christique instancie et renouvelle le corps, Descartes origine la pensée, l’altérité situe le sujet sur le réel.

Il ne s’agit pas d’un contenu, sorte d’hyper contenu (la Pensée, la Raison, l’esprit, etc) mais de la montée de la structure originelle ; celle qui se produit du réel, et structure qui existe indépendamment de la pensée et même indépendamment de l’universel ; il s’agit de la structure du singulier brut, ce par quoi on peut par exemple saisir que l’esthétique, le poétique se déclenchent à partir du Bord du monde, Bord que dessinent dieu-le christique, la pensée, le sujet et l’altérité.

Dieu, la pensée, le sujet et l’altérité se définissent à la limite du monde, un pied dans le réel, un pied dans la réalité ; une œuvre, esthétique, appelle à soi l’arc de conscience de chacun ; elle existe en et par de susciter en chacun la levée de l’arc ; on sait bien que l’on ne comprend pas une œuvre tant quelle n’a pas atteint le point de bouleversement, de basculement ; il faut lire Rimbaud comme si il s’agissait des évangiles, de notre évangile, ni plus ni moins. Et non de le lire comme dans une sorte de découpage en catégories réservées, celles qu’adore le compartimentage de la raison (qui croit tout situer en termes d’objets spécifiques), Rimbaud appartenant à la « poésie », éventuellement en tant qu’il manifesterait « l’essence de la poésie ». Rimbaud concevait Enfer et Illuminations comme son traité évangélique absolu, marquant ou ouvrant le destin du monde. Et de chaque conscience. 5Et ferment le sien...)

L’arc d’une conscience, prise dans une œuvre, relance la tension et au plus loin possible, et est modifié non tant le moi, mais en la source, la structure formelle qu’est son attention (de même que le réel est le présent, la « conscience » est l’attention, cad l’origine même du possible) ; ce par quoi on s’oriente (ou se désoriente) dans le réel. Est modifiée non en ses déterminations seulement mais en "sa forme de conscience" ; c’est le basculement, qui peut percevoir par la pensée grecque, respirer par le souffle christique, se voir lui-même cartésiennement (en passant des images au miroir même qui (se) perçoit, qui, par lui-même est perçu, au sens de « il est perçu un miroir »), et basculement de s’éprouver égaré dans l’altérité de cet univers.

Il n’est donc aucunement question d’introduire des ruptures dans l’occidentalisation générale ; puisque cette occidentalisation tient précisément d’instancier la rupture elle-même, le rompu, le décalage formel structurel comme principe ; les systèmes ou les acculturations peuvent changer (passer du christianisme à la révolution, par ex) ça ne change rien à la structure même qui est antérieure à toute humanisation et reste autre que tout ; elle n’a aucune représentation dans le monde, mais l’occidentalisation consiste à nommer, désigner, signifier, signer voire de cette structure non représentable même. C’est donc bien plus que d’ajouter un contenu, un monde aux mondes, une civilisation aux civilisations, c’est dénoyauter la structure même qui crée, produit, a effets de mondes humains, et qui ici, par l’occidentalisation, doit, comme structure, se tordre elle-même ; le miroir doit percevoir le miroir qu’il est. C’est cette torsion qui rend la philosophie difficile (c’est sa discipline même que d’approcher ou de saisir la structure antérieure à toute manifestation).

La mitoyenneté entre tout cela est obtenue à partir du 18éme comme raison qui remplace la pensée, nature qui remplace dieu, et le moi le sujet ; à la métaphysique (qui fondait la pensée, comme réflexivité, dans la perception universelle d’un discours : soit la pensée grecque des idées et systèmes, soit la pensée de dieu ou la pensée sur dieu) succède l’ontologie qui commence d’approcher la structure à l’origine de la pensée, l’arc de conscience de « soi » (lequel soi est le rapport lui-même et non une identité, non un contenu mais une forme une, singulière, individué, vide, sans rien mais arc-ticulé au réel comme présent) ; de Descartes à Lacan en passant par Kant, Hegel (et les deux phénoménologies des intentionnalisations possibles de conscience ; conscience et Logique), Husserl et viennent ensuite les explorateurs aventuriers dans l'altérité même ; Nietzsche, Heidegger, Sartre, Lacan.

Mention spéciale pour ces deux derniers qui proposent une analytique de cette-structure, précise, qu’est l’arc, vide, de ce rapport qu’est la « conscience », qui n’a donc plus rien à voir avec le conscient (Sartre selon toute sa forme externe, Lacan selon toute sa forme la plus interne mais les deux assument, pour le dire, la forme Externe absolue, ce qui veut dire formel, de la structure ; tout arc de conscience est explosé vers le réel qui est tout entier exposition ; un réel qui ne serait pas réel est absurde ; autrement dit pour un moi c'est autre chose qu'une intériorité qui lui arrive, bien que ce mouvement ait pris la formulation de l'intériorité, de la subjectivisation, personnalisation ; il veut, décide, signe ce qu'il ex-sistera le long de son vécu, il se veut sous la forme du "(se) veut", qui est très complexe et cause de notre malheur fondamental).

L’arc est beaucoup plus grand que les identités, les mois, les contenus ou plus grand que la pensée ou la raison, mais toujours singulier et l’universel est un de ses effets ; en vérité une œuvre, une politique est beaucoup plus qu’universel ; c’est une intentionnalisation qui crée tout un Donné, un donné Créé, non à partir de l’universel seulement mais à partir du corps ; la philosophie depuis le début et depuis Descartes montre comme il existe un « être » extrême et extrêmement étrange, antérieur à tout (tout le reste, tout ce qui est effets de son activisme ; mondes humains, langages, universalisations, personnalisations, etc ; rappelons que l’arc de conscience ne "cause" pas seulement à proprement parler la détermination, l’arc attire, tracte le signes et les corps, par le devant, par le présent situé « devant » le passé, par la forme qui s’articule au présent, non venant de l'avenir, qui n'est pas, mais du présent-même, qui prend alors l'aspect d'une surface, infiniment, complexe, et surtout retorse).

La philosophie, comme dieu ou donc la pensée, le sujet, l’altérité, l’esthétique ou la politique, se tiennent sur le Bord de la réalité et Bord qui prend nom de Réel. Le fait du Réel. L’esthétique, la poétique appellent votre arc de conscience comme une altérité à se produire dans le monde, bien que cela soit impossible ; c’est en ceci que l’impossible ne surgit pas « dans » la réalité, c’est le réel qui est en lui-même impossible. Et c’est pour cela qu’il existe. Qu’il existe un présent. Pour que « cela » se produise malgré que non.

Si l’impossible est le réel, cela veut dire que le réel se « réfléchit » ; il dialogue, si l’on veut, avec lui-même ; ce qui implique qu’il soit Autre que lui-même et que l’altérité est le principe même. Il dialogue non au sens où il sait ce qu’il va dire ou faire, mais au sens où il ne le sait pas ; sinon il n’y aurait pas de présent ; ce qu’il « sera » est une pluralité non immobile mais activistement active et toujours plus Autre qu’elle-même ; la forme est la distinctivité même. Il est ainsi plusieurs versions, variations, possibilités du réel même (puisque le réel est formel et non fixé par une identité, et donc il décide, littéralement, ou tente ce qu'il peut ex-sister, notre vécu dépend de notre obscure décision qui vient en-avant) et il n’y a aucune raison pour que ce kaléidoscope se fige mais bien qu’il vive, créant son indéfinie souplesse ; il n’est pas une identité ni une détermination (ni une grosse détermination de toutes les déterminations) mais une forme qui se formule, se schématise cinq cent mille fois et joue de ces visages dans le regard et, fondamentalement, entre ces visages, entre ses regards (il se cherche, comme un regard en somme qui crée ce qu’il perçoit, de même que l’on Crée et re-Crée son attention par Rimbaud).

Mais qu'il y ait plusieurs variations possibles, ne veut pas dire que la forme même ne doit pas se maintenir et pour se maintenir se Créer ; la forme, n'étant rien de déterminé, se crée toujours forcément et dans la difficulté, la douleur, le tourment, l’impossibilité. C'est en ceci qu'il existe des configurations (dieu, le christique, la pensée, le sujet, l'altérité) et des figurations (pour nous la raison, la naturalité,  l'humanisme et le moi) ; la tension créée par les configurations ne doit pas redescendre. Aussi avance-t-on par les pensées de l'altérité ; Nietzsche, Heidegger, Sartre, Lacan (NHSL) explosent l'ontologie parce qu'ils avancent dans l'ontologie très exacte, de plus en plus exacte, creusant la paroi sans épaisseur du réel, du présent extrémiste. Les trois autres configurations exploraient tout aussi intensément l'arc incandescent  (qui vient instantanément, tout armé dans l'histoire, produisant cette historicité elle-même) ; N H S L ne nient en rien la souplesse de l’arc de conscience tel qu’il a pu Créer d’immenses intentionnalisations, systématiques ou non, puisque le Fait est la structuration de l’arc lui-même, œuvres ou traités, politiques (révolution) ou éthiques (ontologiques). Toute manifestation consiste à produire l’effet de l’arc en chacun ; la révolution produit la possibilité d’une plus intégrale et distinctive surface du monde et surtout du corps, et ce « pas sans chacun ».

NHSL comme Platon ou Descartes sont forcés de délimiter encore plus précisément le Même Arc (il n’en est qu’un seul, en toute conscience singulière, qui ne se définissent pas seulement par leur détermination mais par leur un, numérique pour ainsi dire ; un par un, dans un seul corps, œuvré, le moi le sait bien qui souffre de cette incarnation, incorporation). Tout ceci est une seule et même exploration du Même Arc, au Bord du monde, du corps, de la réalité (par le détour de la forme du réel).

 

Commenter cet article