Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
instants philosophie

Les événements

27 Novembre 2018, 11:53am

Publié par pascal doyelle

Mais qu’est-ce qu’ils veulent ?
Et les pauvres manifestants, qui sont aussi des manifestants pauvres, ne savent pas quoi répondre, mais lorsqu’ils avancent l’effacement de la dette ou le gouvernement des riches ou la fausse taxe/vrai impôt ils sont au cœur du problème ou leur pouvoir d'achat ; n'aimeraient-ils pas payer moins de gaz pour leur habitation ? moins d'essence pour une automobile à 3litres ? moins de TVA sur les produits bio ?
Et ce envers et contre le glissement abyssal de toute la richesse au profit de quelques uns, des groupes et de la finance ; et ce en pure perte et lors même que les châteaux de cartes s’écoulent ce sont encore les peuples qui sont chargés de renflouer ; mais les riches ont un défaut, on peut leur prendre le surplus, et le surplus est énorme. Et non pas seulement aux riches, mais au système financier.
Ça n'est pas un mouvement de ceci ou cela, de radicalisés ou d'extrême droite, de violents ou de benêts, c'est un mouvement de citoyens. Si ça pouvait donner des idées aux autres peuples ....
Comme autrefois. Comme autrefois on va devoir encore apporter la lumière au monde, ou de l'eau au moulin ?
C'est ce que l'on a réalisé depuis une semaine. De fait.
À voir si ce sera compris, mais voilà nous donnons le La.
C'est très simple : tous les carrefours et les ronds-points sont à disposition, partout.
Tous les flux de richesse sont captés par quelques uns via mille moyens (en grande partie installés par les gouvernements, et spécifiquement la dépendance des Etats au royaume fermé de la finance, qui prend toutes les formes possibles et pour nous qui a arraisonné l’Europe comme entité non politique, niant et écrasant la politique au profit de l’imaginaire économie comme explication et régulation totale de la vie et de la société) et non seulement approvisionne un méta-système financier et oligarchique (totalement injuste et qui prît les banques centrales ou privées comme outils d'accumulations variées),
mais de plus ces structures oligarchiques empêchent que cette richesse soit utilisée aux fins non seulement de redistribution et de facilitation de la vie
mais empêche qu'elle s'utilise aux fins impérativement écologiques.
Le déficit est complet; intégral, total ; la Richesse est détournée vers le haut et pas même pour l'écologie mais pour non pas encore une "croissance" mais une hyper-croissance imbécile, ou vers une accumulation spéculative....
Tous les canaux de confiscation sont déjà en place
et aucun qui soit impliqué dans la redistribution et aucun dans l'écologisme.
Les gens ne manifestent pas pour refuser l'impôt (ritournelle habituelle du libéralisme sauvage, qui veut rabattre sur les fortunes privées le pactole des impôts collectifs, plus de sécu mais des mutuelles)
ni pour critiquer l'utilisation des impôts (les libéraux voudraient saccager le service public, "ça gaspille" disent-ils, ce qui est faux, toutes les descriptions de services sociaux montrent l'inverse ; la sécu privée US est bien plus chère que la sécu FR, pour une moindre qualité qui exclut de larges pans de la population)
Mais parce que le système d'imposition écrase les moins-gagnants et a installé une hiérarchie d'imposition injuste d'une part (dont la tva et la taxe essence) et d'autre part dans la folie la plus totale on aboutit à une remontée de toute la richesse vers le haut de la hiérarchie (notamment via le système de la dette, instauré sciemment).
Ce qui ne profite à personne ; ni aux pays en développement dont l’économie devenue locale est décimée, au profit d’une prolétarisation éreintante), ni aux salariés, ni aux immigrés, ni aux systèmes sociaux ; et les hyper riches ne sachant pas quoi faire de leur profits, créent des tas de "besoins" qui ne servent à rien et de manière générale impose non pas même une croissance mais une hyper-croissance délirante ; c'est cette injustice là qui est visée, pas l'impôt en lui-même.
Cette injustice d’abord mais plus essentiellement l’inefficacité effarante de cette surproduction de tout ; la surproduction c’est cela qui permet qu’existe une hiérarchisation accrue, et donc une concurrence et une guerre ; une violence économique effroyable ; et toute la hiérarchisation non seulement des entreprises et groupes gigantesques (dont la financiarisation est le redoublement) mais une hiérarchisation intérieure à la société. De même que ne sont pas pensées les finalités de la production (qui est laissée à la disposition des acteurs privés et soi-disant du marché, qui non seulement est une illusion manipulée, mais qui de plus n’est pas même questionné en tant que « marché », qu’est-ce que cette institution du marché dont on sait bien qu’il n’est jamais libre et s’offre au plus offrant ?)
de même il n’est nulle part posé la question du revenu minimal en deçà duquel il devrait être impossible de descendre et au-delà duquel il deviendrait impossible de profiter. Ensuite on s’étonne que le salaire du pdg soit multiplié par mille en comparaison du plus bas ; et pourquoi l'infirmière est-elle si peu payée et le chirurgien hyper-rétribué ? Mais ceci même était inclus dans l’irréflexion qui a installé (on ne sait comment …) qu’il puisse exister une hiérarchisation intégrale de tout. Et non pas une hiérarchisation, certes, mais dans le cercle réglé de l’égalité de base. C'est ceci la hiérarchisation intérieure qui s'est pervertie en laissant dans la dépendance les inférieurs à tous les niveaux au profit des supérieurs à tous les niveaux.
Cette égalité de base, c’est cela qui est rationnel et cela qui est efficace. Cela qui permet de non seulement assurer la justice (sans laquelle tous tournent fous), mais qui autorise de réguler l’ensemble, plutôt que l’ensemble parte dans l’irréalité et finalement l’imbécilité face au réel ; parce que c’est cela qui est en jeu.

On ne peut pas imaginer même commencer de réguler la consommation, si du bras gauche, le sinistre, on autorise que batte à plein vents les drapeaux de l’hyper croissance prophétisée et du surdéveloppement mondialisé. C’est impossible et effroyablement mensonger ; tout le monde a compris que la taxe n’est pas destinée à l’écologie mais à renflouer les somptuosités du gouvernement envers les super riches et la financiarisation.
Et à la base c’est une irréflexion, cad une imbécilité crasse, de ces gouvernances
et si pour abattre ce méga-système délirant et destructeur il faut en passer par un nationalisme bien compris, on en passera par là ; puisqu’en fin de compte c’est ce à quoi cela, cet épuisement de ressources et des peuples, va aboutir ; et pour éviter le nationalisme rendu fou, il faut se lier au nationalisme organisationnel, qui se récupère la richesse au lieu de la déréguler dans d’immenses structures de pouvoir et de décision aberrantes ; récupérer la richesse pour les peuples et les peuples inscrits dans leur nation ; et fondamentalement passer du développement économique au développement politique. Plusieurs nations ne forment jamais un peuple (et donc une solidarité) mais entre en concurrence. C’est cela qui est en jeu ; que le politique devienne le réel. Que le tout économique soit raisonné par la volonté politique, et qui dit volonté politique dit volonté du peuple ; depuis la Révolution ça n’a absolument pas changé.

Et si on refuse de jouer l’organisationnel national, on récoltera le nationalisme guerrier (ou xénophobe ou réactionnaire ou le nationalisme économique de chacun pour soi mais cette fois dans des conditions de pénurie, de rareté) : rappelons que la mondialisation est déjà la guerre économique de tous contre tous (au profit des plus puissants, nations mais aussi et surtout entreprises, et au détriment des plus faibles, les peuples ou les particuliers).
La liberté en elle-même qui n’est pas régulée par l’égalité, c’est la lutte de tous contre tous ; c’est uniquement si on assigne la liberté à l’égalité que l’on peut espérer un peu de fraternité, ce qui veut dire de solidarité, soit donc ce sans quoi les individus dits libres ne font plus société, et c’est alors que tout s’effondre.

ça n'est pas la croyance en la soudaine "volonté inspirée" d'une population
(bien que celle-ci soit la plus politique qui fut jamais, c'est inscrit historiquement, elle a créé la politique moderne, elle n'a jamais compris ce qui fut créé depuis 1789 ... mais la vérité est que personne, personne, n'a jamais compris cet événement absolu ... or, eux, ils l'ont voulu, et sans le comprendre ils se sont haussés à ce niveau-là ; ceux qui crachent sur ce peuple sont juste des abrutis),
non pas une croyance donc mais sa capacité de situer de fait les enjeux réels ; leur niveau de vie et ce que cela implique ; et cela implique que la Richesse (comme concept abstrait) soit distribuée autrement.
Redistribuer à chacun une quote part (une augmentation par ex) est évidemment peu sensé (bien que non négligeable en soi) ; mais redistribuer la Richesse dans une mise en marche d'un plan global, via l'État (et en communauté de vue avec une partie ou une majorité de la population, qui y trouvera tel ou tel avantage individuel mais via ce détour de l'universel et de l'État), cela est l'enjeu majeur. Parce que si cet État décide de distribuer autrement la Richesse (cad la capacité, la potentialité) cette décision explose toute l'architecture financière et capitaliste outrancière.
Il ne faut pas penser tirer un profit accumulateur des investissements (via la fiscalité redistribuée) mais un profit individuel (qui rétablirait quelque peu la disproportion admissible si "naturellement" des revenus).
Parce que voici un gouvernement (vraiment en dessous de tout, notamment par ceci qu'ils ne sont pas des politiques, ils ne connaissent pas et ne respectent pas du tout ce que l'organisation politique du pays signifie et porte, les autres cherchaient à truander, mais ils avaient intégré la portée politique de l'organisation française de l'État, de la démocratie, de l'universel, même Sarkozy),
voici un gouvernement objectivement pris en sandwich entre la catastrophe écologique, incontournable, et visiblement un petit peuple qui entend ne pas se laisser faire ...
Je crois (on peut se tromper) que l'on ne mesure pas vraiment ce que signifient les 700 000 manifestants (et à tout le moins le soutien de 72% de la population) qui se sont levés spontanément (et on ne sait ABSOLUMENT PAS comment et par quel bout) levés pour tenter d'inverser toute la hiérarchie et l'organisation de cette société (sous-entendu organisation de la hiérarchie des salaires, des revenus, l'inversion de la Richesse ; ce qui est fondamental, affectant justement la richesse dans son utilisation ; l’utilisation de la richesse disponible est précisément non seulement ce qui fait justice ou injustice mais dépérissement ou survie de l’espèce).

 

 

Commenter cet article