Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

post-hégélianisme, pas si facile !

22 Mai 2007, 21:30pm

Publié par zward

De même que la philo occupait la pointe extrême du discours possible, cad celui homogène et cohérent, et par conséquent la pointe de toute diction : de toute expression de l’être. De même la philo va reprendre la course une fois le discours absolument et complètement épuisé.

Mais elle va être en mesure cette fois de voir au-delà du mur du discours.

Elle va assumer l’objectivité du monde (théories politiques, libéralismes, marxismes, socialismes) : lorsque l’effecteur du discours humain n’est plus le discours lui-même,(l’esprit), le centre de toute parole peut emprunter n’importe quel centre qu’il dénichera : qu’il sera de par sa nature contraint de composer en raison (qu’il déclarera scientifique en particulier)  : sa nature de sujet lui insupporte qu’il puisse ne rien comprendre à ce qu’il dit. Il est dés lors cloué là où il est. mais là où il est , est stratégique.

Or il se trouve que constamment à l’étroit dans sa nature de sujet générique (réalisé via hegel) , le sujet (historique, né de et par l’épuisement du discours donc), peut croire manipuler un discours absolu… un discours para-philosophique, ou un discours para-religieux, ou un discours mystique, un objet magique (oriental) ou encore un discours "absolument vrai" selon la scientificité (marxisme ou sociologismes).
Il croit que de passer outre le mur du discours, l'autorise d'une réalité : celle qu'il voit de sa position stratégique. Il va enfler un discours "seconde manière", à l'identique de celui qui réalise tout discours (cad celui de hegel), mais qui n'y atteint plus.

Il ne lui apparaît pas qu’un tel discours est totalement illusoire, et que de toute manière il n’y trouverait en rien satisfaction : parce que satisfaction il n’y a pas. Pas selon cette manière là.

Mais plus exactement, il n’est ni ne peut exister un discours-objet (d’un sujet historique) qui soit tout et un. Un tel discours n’a existé qu’une seule fois : celui de Hegel. Il n’y en aura pas d’autre, parce qu'à ce moment là, le langage était l’essence de sa préoccupation ; de le développer entièrement  en tant que ce langage est créé.

Commenter cet article