Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

la pensée ontologique

23 Août 2007, 18:42pm

Publié par zward

Ce qui peut tromper, le discours philosophique en tant qu’il pose un gros objet, l’Être, c’est que ça figurera comme une planitude. Cad un objet plat. Un objet-là.

Or il est inaccessible tant que le sujet ne s’y prête pas. L’objet-être est loin d’être simple ; c’est la difficulté philosophique vue de l’extérieur : on ne sait pas ce qu’il en est de l’être. Esprit ? Substance ? Monde dialectique ? 

Peu importe, parce que l’être est la pensabilité. Et ne peut être identifié que par un sujet, mais un sujet dans son activité de sujet. Et durant cette activité il ne se dit pas forcément tel, mais emprunte un représentant à l’intérieur même du discours : il est à la fois le discours comme tel, (l’ensemble), et un représentant dans ce discours. Et ce représentant n’est pas forcément toujours le même concept, le même objet ; il peut se tenir tel celui-ci ou celui-là, et la difficulté de comprendre ce qui se dit, s’éprouve dans ces liaisons qui ne sont pas du tout a priori évidentes. Il faut donc s’installer dans la perspective que le sujet du discours est mouvant (l’ensemble, le concept et le représentant) ; parce qu’il est le sujet, et que celui-ci n’a pas un déplacement aisé ni facile dans un ensemble tel d’éléments.

Mais que désigne-t-il ?

L’Être est une machine à produire ; un aimant qui doit, en devoir-être, précipiter l’expression. Son exigüité stoppe le flux de la pensée, la pensée générale, et la restructure. En pensée ontologique.

Commenter cet article