Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

de l'anti démocratisme

21 Septembre 2007, 22:58pm

Publié par zward

De l’anti démocratisme en général.

En particulier de l’anarcho-capitalisme : pourquoi défendre la propriété privée dans un monde où elle est effectivement, de fait, et totalement déjà légitimée ?  Légitimée même dans ses excès ....

Sinon pour que les accumulateurs puissent encore plus accumuler et sans qu'aucun frein, et qu'aucune redistribution ne soit plus possible.

Comme toutes les visions moralisantes (cad non démocratiques), on prétend remplacer le mal fonctionnement par une nature humaine (fondée en dieu ou dans la nature ou dans l'individu "en soi’, etc) ; qui serait à mène de s'auto réguler ... angélisme quand tu nous tiens ... si ça n'était pas de la pure idéologie.

 À croire que la régulation démocratique (qui devrait tendre à son perfectionnement et ne plus être le jouet des mécanismes de pouvoirs, ni des nécessités) qui ne postule aucune morale, (et est de ce fait bien plus réaliste et concrète), est à ce point insupportable à ceux qui ne désirent qu'une chose ; ne dialoguer qu'avec leurs pairs ...

Leurs pairs ... ça c'est leur grand rêve ... que toutes les personnes estimables de réunissent, "bien entre soi», et ils ne supportent pas plus la contradiction, la multiplicité, (sans doute privilégiant l'hétéro blanc bien pensant :-), ni les conflits d'intérêts. Qui sont fonctionnellement une réalité nécessaire, de fait. Ni ne supportent les compromis qu'ils doivent mépriser du haut de leur haute estime d'eux-mêmes : les compromis dont ils ne saisissent pas même l’intérêt, la ruse, la difficulté, et l'impérieuse adaptation qui y préside ...

Et oui, les grands prédateurs, surhommes, anarcho-libéraux, et autres sont bel et bien ceux qui demeurent les moins capables d'adaptation ... curieux non ?

 

Donc la complexité démocratique suppose précisément la considération que d'autres sont pas nos semblables... (moralement et ce que l’on voudra de dissemblables … où et comment arrêter une  liste ?), et effectivement n'ont pas le même intérêt les uns des autres.

Ce fonctionnement là dépasse chacun, et tous ; il signifie que l'on n'a pas, soi, tout seul, connaissance du sens, de la signification de "ce qui doit être".

Mais que ce « Ce qui doit être », se délibère ; cad se crée.

Parce que la répugnance envers la démocratie, ça n’est rien d’autre que l’incompréhension animale envers la difficulté et la peur de l’exigence adaptative totale … que réclame la démocratie par nature, par essence, par concept …

Ce qui requiert bien sûr au minimum, une information efficace et surtout une formation bien réelle et éclairée, lucide et construite, (construite, par-dessus tout) ; cad un excès de démocratie et pas un amoindrissement.

L'anarcho-capitalisme et dérivés, c'est la vision « made in america », voir Tocqueville, et puis Baudrillard (America). Qui se caractérise par une absence de vision politique, mais selon une compréhension purement morale de la société.

Je signale en passant que cette moralité est très réellement sympathique, en soi, mais dans les faits déconnectée des réalités ; voir somptueusement délirante, sinon radicalement dangereuse…

Cad ingérable et incapable de mener le monde. Sinon par la force. Ce qui n’est pas gérer du tout quoi que ce soit.

Et qui dans la mesure où elle prétend infliger à chacun un argumentaire limitativement moral de son être, est profondément aliénante.

C’est aussi ce qui m’épate et me chagrine dans les théories des élites et autres super humanités, ça reste tellement bon enfant au fond… ça fait tellement confiance à je ne sais quel principe de soi (de soi-même, comme Moi-Je , etc ) comme si il n’existait aucune éducation humaine et comme si il n’était pas possible de s’auto éduquer soi ; on doit seulement se laisser être « qui l’on est »…

La vérité est que la démocratie, et ce qu’elle propose de fait, de par sa complexe mécanicité (dont il faudrait apprendre à se servir !), nous cherche bien au-delà de nous-mêmes…

 

Commenter cet article