Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

paternités hallucinantes de Kant.

19 Décembre 2007, 13:47pm

Publié par zward

Kant n’a pas eu l’effet escompté. De l’impossibilité de déduire l’Etre dans un discours total, il s’avère que cela révèle que le sujet est, en dehors du savoir.

Ou que le savoir est en dehors du sujet et peut se clore, jusqu’à constituer l’être du sujet lui-même ; le sujet est négativité vis-à-vis du réel, réel qui seulement est connu dans un savoir (pour nous) et donc dont le savoir constitue l’être (puisqu’il n’existe pour nous que de cette manière).

Mais puisque le savoir est, maintenant indépendamment (Hegel) et que le sujet n’en continue pas moins d’exister, c’est que le sujet est autre chose que le savoir (bien que pour se trouver il ne puisse pas se passer du Savoir, comme contenu cohérent ; de sorte que toutes les performances qui pourront suivre Hegel, ajouteront à l’être de l’homme sans se retrancher du Savoir comme idéal).

Kant a libéré paradoxalement le sujet de son idéal du Savoir, et pour cela il jette quantité d’aperçus sur ce que le sujet est, tel quel, donné –là, dans un monde (au lieu qu’auparavant, le discours obnubilait entièrement tout l’être du sujet qui devait si rendre par raisons). Ainsi nous eûmes droit à l’existentiel et  à Nietzsche, à Freud et à Husserl, à Stirner et à Marx. Autant d’explorations étranges à partir et autour et via le sujet formel kantien, qui nous est semblable au sujet cartésien ; ce à partir de quoi (cad de qui) ça existe (pour nous) sous la forme d’un discours cohérent.

Qui a besoin de cette cohérence pour se maintenir comme sujet, pour qui seulement « ça » peut exister (tout), et se sert de cette cohérence afin d’explorer son être ; parce que c’est un outil exceptionnel pour exister en même temps que dire. Au lieu d’être dit par d’autres discours (qui abandonnent le sujet, et retombent eux-mêmes dans la hiérarchie socialisante de fait au lieu que la philo s’en extrait).  

Bref tout cela est bel et bien passionnant et on perçoit à quel degré de plasticité dans la réflexion, la philosophie est parvenu grâce à Kant (sans se perdre).

Commenter cet article