Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
instants philosophie

indéfinitude

29 Mars 2006, 16:30pm

Publié par zward

Se libérer : cad prendre connaissance ;
nous, tels que nous ne sommes pas , mais tels que nous pourrions bien y être en présence de l'autre :

Répétons donc que nous n'en savons rien , ça avançe à tâtons ... puisque nous ignorons non pas seulement comment nous échangerons avec l'autre , qui dépendra également de comment l'autre échangera avec nous,
mais aussi, nous ignorons comment nous "sommes" , tout court ; l'idée de nous-mêmes , aparté , n'est pas notre mobilité en acte , active , en situation ; non pas qu'il n'y ait aucun rapport ... mais presque ...ou plus exactement , ça échappe par un bout , deux , trois ...
et l'occasion est trop belle pour enfin s'apercevoir , en l'autre , de ce savoir que l'on suppose depuis le début de notre existence , sans l'exprimer clairement , et cela ne joue pas en rien dans l'utilité du sentiment.
(ontologique, l'utilité !!! con-fondant les fusibles du moi dans la recherche du sujet qu'il est )

 De là qu'il faut parfois un long temps pour que le dénivelé des contenus se disgrace à ses propres yeux ... ça ne tient plus ... les deux parties se décollent ... comme le vieux papier peint : la forme n'entoure plus les échanges.

On s'est habitué , à soi , et on se connait , mais on ne se connait plus si exactement dans la précipitation amoureuse ...
qui déclenche un gouffre , une aspiration , pas nécessairement bienfaisante... (même si toujours voluptueuse mentalement ...) parce que l'on peut tout à fait masquer à l'autre , et l'autre nous cacher une partie des significations du comportement , autant que se le dissimuler , ou enfin ,surtout , l'ignorer quasiment ; de là que ça ne tourne pas forcément comme on l'attend , comme tous deux l'attendent.
De même si cette forme ne se renouvelle pas de contenus ; si le dialogue des , non pas seulement mots mais des comportements ne trouve plus matiére ...
 
C'est que nous sommes bien loin , au 21° , de la forme amoureuse stable ... qui valait idéalement, idéologiquement par soi et maintenait stricto sensus les contenus (ce qui veut dire que la forme est elle-même originellement liée à l'ordre présidant ... qu'elle s'incruste historiquement et ontologiquement dans la reconnaissance généralisée ). Nous sommes au 21°, agrippé par le dessous ; non plus dans une reconnaissance socialisée , mais, puisqu'il faut bien une méta-motivation, par la reconnaissance complexe de la personnalité de chacun ; ce qui ré-affirme le processus de personnalisation entamé depuis cinquante ans ; qui vaut pour tous les vécus : et qui rend tout extrémement compliqué , parce que le "contenu des contenus" (qui n'existe pas sauf à passer dans l'ordre socialisant..)  , jadis , aboutissait à la famille , cad à des réalités effectivement réelles : au sein desquels contenus, les personnalités se confondaient , s'étouffaient , se secondarisaient : et idéalement chacun, de cet effacement , s'équilibrait : s'équilibrait psychologiquement et socialement ; les deux variables se reliaient : reconnaissance par un autre , reconnaissance par tous.

Dans le processus où nous immergeons tout , ça n'est plus de socialisation dont il est question ; mais de cet autre phénoméne , bien plus troublant , qu'est la personnalisation : un peu comme si la socialisation des années 50-60  c'était étendue : le codage de tout descend d'un niveau et s'apesantît au grand bénéfice de chacun , dans une précison individudelle , que le Net ne fait qu'acroitre indéfiniment.

C'est bien cette indéfinitude individuelle qui pose un sérieux probléme ; en somme un probléme psychologique , individuel , affectif, relationnel, de socialité, de solidarité (cad de justice économique).

Commenter cet article