Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
instants philosophie

cocu

16 Juin 2006, 22:41pm

Publié par zward

Le philosophe , amateur , inspiré , professionnel , ne se prend pas pour un génie : c'est juste qu'il se croit un temps , au centre du monde ...

En quoi il a raison . Non seulement il ne peut pas faire autrement : comment voulez-vous vous entretenir vous-mêmes du monde, du moi , de dieu , de l'histoire , de la vérité ... sans se créer juge et maitre ?
ça n'est déjà pas évident , alors si on fait le modeste ...
il faut bien exercer sa raison ... et on dira peut-être kantiennement que ça ne doit pas dépasser ... dépasser la connaissance possible assurée ... celle qui rentre dans le cercle de l'expérience ... mais c'est se couper les ailes ...
c'est surtout ne pas occuper le lieu unique ... qui de toute maniére : croit-on que ce lieu ne s'occupera pas de nous ?
peut-il être laisser à lui-même ?
qui ou qu'est-ce qui l'occupera ?
Une chose ? innommable ? un Autrui ? un souvenir , peut-être traumatique ou imaginé tel ?
Il y existe un creux , qui est un creuset .

Il ne peut pas faire autrement , mais aussi il y est au centre du monde ... il ne contrôle absolument ce qu'il a enregistré : des multitudes . Il ne saisit pas ce qu'il a rencontré . Tant et tant de phénoménes kantiens qu'il approchât à peine ... jusqu'où kant peut-il conduire un vécu ?
On dira : ça n'est pas sa finalité , explicitement . Mais la science est à la science et s'occupe bien d'elle-même : la philo n'en tire intéret que ce que cela peut alimenter sa réflexion ... sinon dissolvons la philo dans l'épistémologie . Si la philo garde une priorité (cad pour elle-même !) il faut bien que se manifeste son unité . La perdre en quoi que ce soit ; cette sorte de renoncement ; est en soi une réflexion (para) philosophique . Bâtie sur une défiguration préalable ; une défiguration de l'instinct .
(l'instinct caché : le miroir ? ).
Et il est en un monde , déjà : celui qu'il a collecté , celui qu'il a vécu ou qui le vécût sans qu'il n'y puisse couac !
ça forme un monde : et il n'y a bien que l'illusion auto-entretenue , qu'est la dynamique du moi , pour tenter à accroire qu'il est le sien , ce monde vécu ...
Rien du tout : chaque monde , tout trempé qu'on y est , est autre . Alors effectivement quand on s'y prend à le saisir ... on  est au centre . Objectivités ou subjectivités , intentionnalités ou effleurements indistincts , à peine perçus ou trop encaissés :
sitôt que l'on freedonne la réflexion , ça y va !
ça tombe .
ça expulse .
c'est que l'on n'y est pas du tout .
en fait on EST ailleurs .
Seulement ça ne se voit pas : on est le dernier au courrant.

En attendant ne boudons pas notre plaisir : occupons notre être nâtif.
Au centre .
Commenter cet article
S
Beaucoup d'idées brassées ensemble! Mais c'est riche, votre profusion. Le philosophe, au centre, pour moi c'est l'humilité philosophique. Il faut une immense humilité pour assumer la position du centre et s'y tenir vraiment. Le prétentieux occupera quelque périphérie pour se faire valoir. A bientôt. :-))