Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

artaud, l'autre esprit, l'autre corps

29 Octobre 2006, 02:02am

Publié par zward

Alors …Artaud ?

De quoi était-il question ?

Du sommet glacial et brûlant de l’écriture.

Où l’on voir enfin que l’écrit débouche sur le réel.

Qu’il existe un objet bien réel et non pas une théorie, une idée, une abstraction, une créature de langage, un artefact qui serait un « moi », un « sujet » : le moi, le vrai, le réel, n’est pas construit. Pas abstrait.

C’est ce sur quoi ça casse, ça brise : ça ne parvient pas à le dire. Ça ne rentre pas dans le langage. Tandis que le moi, la personnalité, l’identité, les rôles, les relations sont tous réductibles au langage.

Alors l’écriture est étrange plus que jamais.

Le corps ne rentre pas. Il est sur l’autre surface.

 

 

 

 

Si l’on ne sait pas la surface du corps, on ne comprend rien à rien.

Pas seulement que l’on ne comprenne pas Artaud : on ne comprend rien à rien, du tout.

 

 

Mais il ne faut pas croire que le corps soit sans pensée.

Ajoutons : sans réflexion.

Parce que par « pensée », (ce qui ne signifie rien, tout le monde pense) il faut comprendre réflexion : ce qui est déjà plus compliqué : on réfléchit Quoi vers Où ?

 

 

Si le corps est en avant, il est en avant de toute parole, de toute pensée, de tout passé aussi bien : bye-bye la psy.

C’est autre chose. Pas un truc calculable, pas une expression, cachée ou ouverte.

Non ça ne parle pas. C’est le côté non parlable et qui jamais ne s’adressera (à quiconque).

 

 

Ne pas saisir le corps comme surface intègre clôt toute extase sensuelle, existentielle, surhumaine (nietzschéenne), poétique, et enfin métaphysique (au sens ontologique du sujet).

 

 

Et l’on est alors sans défense envers les religions, théories, politiques idéologiques, et on ne comprend rien à l’humanisme, à l’art, aux signes comme déplacements multiples.

 

 

La vérité qui descend dans un corps décuple le corps.

Mais alors en ce sens-là , le corps est l’esprit vivant, l’esprit bougeant, l’esprit libre : l’in-identifiable.

Commenter cet article