Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

unité philosophique précise

24 Décembre 2006, 00:21am

Publié par zward

On se méprend singulièrement sur la philo si l’on croit qu’il s’agit de balancer des impressions, des principes mystiques, de l’Unité absolue quelconque, des évidences personnelles, des mondes subjectifs qui peuvent devenir leurs propres critères, mais en aucune manière qui n’ont d’articulation effective.

 

La philo ne se distingue pas de notre science ; l’exigence qui est celle de la science est d’abord l’exigence née philosophiquement ; celle de la vérité-cohérence.

 

Cad aussi de la réalité tel qu’elle est et non pas telle qu’on la rêve.

 

Bien sûr en philo il est des tas de rêveries, d’imagination, d’erreurs, de personnalisation ; mais ça ne forme jamais le corps du texte. Le corps du texte est une logique hors psychologie, hors sociologie ; elle mène sa propre investigation et selon ses propres lois et influences. De l’être on ne peut pas dire en occident n’importe quoi ; la révolte (Heidegger, Nietzsche, structuralisme et autres) des deux derniers siècles n’a elle-même de sens que s’arc-boutant sur la métaphysique classique du sujet (cartésien), de la philo-théologie et des pensées grecques.

 

La difficulté est évidemment de relier tout cela : on ne peut ni opérer un tri (ceux qui ont un sens pour-nous, ceux qui n’en ont pas ), ni renier en bloc (ce qui a encore moins de signification ; ce serait interpréter la philo selon d’autres critères que ceux de la philo ; à en croire que sciences humaines , psy ou nouveautés orientalistes jetteraient un regard merveilleux, critique (alors que la philo ne cesse d’entreprendre sa propre critique ; ce qui lui est possible puisque ce sont des individualités qui manifestent le vrai ).

 

Si donc il est une signification philosophique elle tient dans l’énoncé de ce qui est tel que cela est et tel que cela se crée et se découvre individuellement.

 

Cette sur-indivuation n’est pas un ego, un moi enflé, mais précisément la capacité du sujet à porter, voir être universellement.

 

Le texte créé est l’expression d’une concentration interne du sujet comme tel, cad comme sujet : en tant que celui-ci est le texte. Cad l’énoncé de la vérité.

 

Il n’est pas à vrai dire de contradiction philosophique : puisqu’on ne peut pas penser plus loin qu’elle ne le réalise. Toute proposition qui ne retient pas les critères ni l’esprit (l’esprit) philosophique redescend d’un cran dans l’élaboration du vrai ; cad se laisse dériver dans tout autre chose ; ce qui est très bien mais n’est pas philosophique.

 

Qu’il y ait un silence durant cent ans et qu’aucune grande réflexion ne nous atteignent, ne change rien : il y eût de longues périodes sans personne pour parler (de ce que parler veut dire) en vérité. Sans personne pour penser.

 

Commenter cet article