Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

le cercle des possibles

5 Janvier 2007, 22:18pm

Publié par zward

La philosophie est ce qui approche au plus prés possible, au possible le plus proche.

Le plus proche du cercle interne.

Interne au réel.

Entendons par là que la philo voit le non-visible : de même elle introduisit au non visible, cad à ce qui est révélé mathématiquement de la réalité par ex ; mais aussi introduit au simple facteur de description détaillée et précise, recouvrante, de la réalité : jusqu’en sa formulation bio-physique, astro-nomique. De quoi sont elles toutes issues ces sciences ? où est dénichable la dominante de l’objectivité ?

Non du langage seul puisqu’il fût employé mille fois selon les règles du langage et celles de l’imaginaire.  

Mais sous l’exemple du nombre : systématisé en cohérence conceptuelle. Le concept remplacant le nombre, les mots deviennent des portes ouvertes : ouvertes en un seul sens : impossible de reculer ensuite ; le pli est pris ; incrusté dans l’interne.

Dans le pli s’engouffrent les forces absolues. Celles que rien ne mesure, mais qui tendent à tout mesurer. Ayant à cœur de se réguler, puisque la critique même est sa loi : violence mentale non-mesurable. Qui ne peut en aucun cas être jugée de l’extérieur. Il n’est pas pour ce point de vue, d’extériorité. Inutile de la vouloir asseoir sur la mystique, les sciences, la politique, le sentiment, l’affect, et encore moins de vouloir l’asseoir sur l’humain…

Ça ne s’applique pas. Le point de vue des points de vue n’en est pas un. Sinon il se confondrait avec n’importe lequel autre… or on sent bien que non. On sent que ça n’appartient pas.

Que par conséquent (si l’on puit dire), ça fonde du même coup le libre en chacun.

Chacun est fondé culturellement.

Cette culture dont on pourrait éventuellement se demander à quoi elle sert (puisque nous sommes si éveillés n’est-ce pas …) tient son pari intérieur de créer chacun comme une unité absolument indépendante. Ce que ne lui confère en aucun cas aucun autre fondement que la faculté de penser et de s’expliciter cette pensée.

Cette faculté est l’acquis définitif issu de la philosophie.

En ce sens peu importe la validité des thèses et autres, la forme qui les énonce brise toutes les formes antécédentes. Mais brise aussi entièrement le moi qui, si il limitait le sujet, annulerait tout le possible issu de cet être-cercle.

Son cercle est ailleurs qu’en tout le connu et l’éprouvé.

Autant il reçoit un maximum de réalités (puisque seul guide le moi de se casser sur la tranche du réel multiple ), autant il provoque de retournements internes en l’individualité

 

Commenter cet article