Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

deux logos

11 Avril 2007, 10:05am

Publié par zward

On pourrait croire que le Sujet incline vers un solipsisme ou un égotisme ou une espèce de romantisme ou de nietzschéisme. Nul doute que le fondement de toutes ces attitudes niche dans la force interne et incrustante du Sujet.  Il s’y croit, comme on dit, puisqu’à la source il devient instantanément la seule cause de ce qui se passe.  

Mais le Sujet n’est pas. Et il ne peut pas s’incarner. Il n’est pas de l’ordre de l’incarnation.

Pour cette raison il n’existe (à sa manière, et selon un logos en propre) que si un moi il y a. Il exige donc que ce moi soit lui-même effectivement réalisé.

 

 Il ne vient, le Sujet, que si tout ce qui le précède, est respecté…il est de second horizon.

Il ne permet pas que l’on puisse se passer du moi et donc de cette humanisation-là. Et il ne l’autorise pas : il n’autorise pas qu’en son nom, on puisse contraindre ou martyriser un moi, ni annuler l’humanisation conséquente. Le Sujet accumule. Ajoute et ne retire rien : veut plus et non pas moins de complexité. A charge d’inventer les moyens de cette sur-complexité. Mais pour qu’un Sujet accomplisse l’ampleur possible de son être en propre, il lui faut au préalable un moi « bien en chair »…

 

Le Sujet est tout à l’opposé d’un solipsisme, qui n’a du reste littéralement aucun sens, cad aucune réalité pour qui que ce soit, sauf théoriquement et imaginairement. Dans sa rotation le Sujet veut élargir le cercle : puisqu’il n’aime que la précision, sitôt une problématique, une harmonie, une invention réalisée, il est bien évident qu’il ne peut se contenter de repasser mille fois la même argumentation, esthétique, ou intellectuelle, ou émotionnelle ; il ne peut pas ressasser mille fois comme d’un imaginaire.

Mais outre cette technologie, qui réclame donc la diversité, et les différenciations accumulées, et bien qu’il ait à soi son propre parcours et son individuation de Sujet (qui ne ramène jamais à une identité conforme ; à quoi le serait-elle ?), le Sujet cependant en même temps est tout autre-Sujet. De fait.

Il annule les divergences qui se manifestent dans un moi (qui Doit se différencier, pour la constitution de son ego), qui supporte aisément et n’est fabriqué que de différences.

Mais qu’il n’ait pas à instituer son ego, il n’empêche que le Sujet doit augmenter son unité. Ce qui est tout différent.

Parce que ça déplace l’enjeu.

Commenter cet article