Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

sens réaliste de la philosophie

29 Avril 2007, 20:15pm

Publié par zward

On sent bien qu’il manque des tas de choses et d’êtres, et de dimensions, et de réalités, des pans entiers de réalités qui ne trouvent pas place dans une unité de pensée unique.

Par contre n’oublions pas que tout le contenu du Penser est effectivement exprimé. Que cela n’est pas rien, mais l’ensemble des possibles d’une hypothèse concentrée qui, somme toute, n’a déliré que très peu : qui n’a donc rien à voir avec des imaginations ou des logorrhées sorties du Un seulement.

 Le Un dans le Discours n’est accepté que si l’explicitation, le déroulement des idées y conduit ; cad que si les réalités données, là, y ont part, y participent : c’est le monde qui passe dans l’élaboration du Discours, qui certes s’auto développe, mais s’en prend très rapidement au monde même : de l’Etre de Parménide il passe sitôt aux idées de Platon : qui sont comme l’effectuation de cette idée de l’Etre.   

Et notablement argumente la mise en ordre du monde humain, de même que la perception (non scientifique, non-objective ; illustration du sculpteur d’une statue qui dispose d’un bloc de matière à travailler) du monde naturel par ce monde humain. Il faut autre chose pour passer de la perception humaine du monde naturel à ce monde naturel tel quel (objectivement décrit).

 Du conjointement de l’Etre : d’abord objet absolu puis objet-machine qui produit des idées puisque l’Etre est l’Idée absolument réalisée : étape franchie qui prend conscience d’elle-même comme fabricatrice d’idées, et de fait la philo commence de fabriquer des idées. Elle les utilise toutes…

Elles commencent, les idées, d’articuler tout ce qui se dit humainement : toutes les notions contenues subissent la transformation, et pénètrent l’humanisation par tous les bouts.

Puisqu’il s’agit non d’une doctrine mais d’un processus.
 

Dans la mesure où il faut à tout prix dire explicitement ce qui est, on est obligé de distinguer et multiplier les distinctions perçues, ressenties, vécues, relationnelles, d’intérêts et de points de vue.

Il n’était donc pas faux d’affirmer la prévalence de la philosophie, et de l’idée sur la réalité …

Non évidemment que l’Idée est la réalité même… mais bien que seul l’auto développement du Dire enchaîne sur la multiplication du perçu, du vécu, de l’organisé.

Il se passe donc que l’esprit crée sa propre ligne de devenir.

Commenter cet article