Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

Céline L-F

3 Mars 2011, 22:02pm

Publié par zwardoz

Il faudrait penser Céline, peut-être, mais  il va plus loin, de toute manière, quoi qu’on dise, il est en avant, bien loin au-devant de tout.

Le petit-bourgeois.

C’est ça un petit-bourgeois. Un petit-bourgeois, français, avec tout l’esprit français imaginable, extrapolé de toute cette littérature, de cette révolte native qui ne sait pas du tout à qui, à quoi s’en prendre. Aux juifs, aux chinois, aux humains, au fatras généralisé de temps de guerre ou bien fadasse mais crochu des temps de paix. L’agressivité, la haine, la rage comme un vaste tourment incompréhensible, qu’il ne comprend pas lui-même. Qui est de toute façon incompréhensible, dans l’injustifiable. L’injuste Céline.

Sauf que cela fait voir, entendre, sentir, éprouver. Du dedans, du dedans d’un petit-bourgeois bien mal embouché, un cra-cra. Le monde à raz de terre. Le monde de la conscience minable, la malvenue. Aussi l’antisémitisme, la chinoiserie, le pleurnichard, le sur ses gardes, la méfiance petite, si petite, tout cela qui ne mène nulle part, qui replie le petit bonhomme sur lui-même.

Mais de ce point de vue là, on découpe avec acharnement tout ce qui tombe sous la main.

Le style ? Mais le style, c’est la mesure même d’une pensée haineuse ; que ça fasse voir les choses comme elles sont, comme elles sont pour un petit-bourgeois bien fadé. Et le petit-bourgeois il ne juge pas du haut de je-ne-sais-quoi, une hauteur qu’il lui est bien indifférente, il n’a pas d’idée, parait-il, mais il a des goûts, bien ramassés, et des dégoûts, ça varie, ça dépend, mais se nourrissant de haines diverses, de mordreries, de déboires et de fatigues. Un petit-bourgeois ça parle de ses tripes, de son ressenti à peine pensé ; la haine lui fait figure de penser ; aussi le style doit-il, c’est impératif, poursuivre le ressenti de cette pensée assoiffée, qui assèche elle-même toutes les attitudes que sa haineuse, jubilatoire, danseuse pensée déglingue. L’épopée du pur et simple scepticisme total, l’ignorance de toutes les justifications, mais peut-être plus encore et surtout l’inanité de toutes les justifications ; il n’y a que des corps qui souffrent et aveuglés de bêtises et de méchancetés. Le petit-bourgeois ignore l’universel, il s’en mord les doigts et s’en défend de l’être, universel. Mais en tant que style il fait exister l’être de l’ego le plus immédiatement fondamentalement là. Pour cette raison il est le plus extrêmement existentiel.

Et si l’universel n’est pas (sinon dans le « style ») la biophysique des humains est le fond de tout ; et plus largement il faut ramener toute aspiration au plus près du nivellement généralisé. Le territoire donné, le là du vécu si immédiatement matérialités, absorbe toute tentative ; dévore les attentes, mais également renvoie les possibilités de fuite : les échappatoires n’en sont pas.

Commenter cet article