Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

Élévation démocratique

30 Septembre 2011, 18:55pm

Publié par zwardoz

Par élévation, il est précipité de saisir ce dont il s’agit ; on ne le sait pas. Cela se situe littéralement au bout du processus démocratique, qui est le pouvoir au peuple, et donc, pour nous, le pouvoir de chacun. Etant entendu que chacun tout en réalisant le maximum de son être (dont on ne peut préjuger ; chacun en juge en fonction) doit s’entendre avec tous les autres ; autrement dit, tout cela, ce double mouvement (chacun, les autres), triple (avec la réalité, et la rareté par exemple ou le partage ou l’utilisation raisonnée des réalités), demande de l’intelligence.

En un mot, tant que l’on ne résoudra pas les problèmes par l’intellect, on n’aboutira qu’à la redescente dans les immédiatetés, les petits désirs, les petites effractions rebelles. Mais tant que l’on assujettira tous ou chacun à une raison supérieure, ou à des objectivismes (de science, fut-elle psy ou cognitiviste, ou d’Etat, de marketing ou de médias), on n’injectera pas l’intelligence dans le tout-un-chacun.

Ce qui constamment se cherche et est à la fois recouvert par le mass-médiatisme, cette profession de foi tonitruante qui par son déferlement cache son essence précisément, ce sont l’ensemble des mesures qui sont susceptibles de s’employer afin de mesurer la mesure, définir la volonté. Or on nous nourrit de ces canalisations d’émotions jouées (que sont les acteurs justement, les rôles, les compositions) lesquelles ne sont pas les émotions elles-mêmes, mais bien de vulgaires schémas identificateurs qui figent et tombent dans la bien séance, le correctement politique, et puisque n’offrant absolument pas leurs devenirs intérieurs, le devenir intérieur de l’émotion, de la nervure, de la subtilité, s’abolissent dans la bassesse, la négation, la dépression ; comme le palier supérieur n’est pas atteint, le seul devenir revient à la bassesse.

Intellect veut donc dire, outre l’intellectualité, pure ou compliquée ou complexe, le devenir intérieur hors champs figés (pseudo-esthétiques, culte de l’imagerie de cinématographe, reproductions mortes, acculturation du copié-collé, d’un monde qui se reconditionne constamment) le devenir de l’être-soi, d’un tel « moi-même » en état démocratique avancé, mais pourtant cloué sur place, poussé par un sujet interne, résolument structurel, mais que les images empèsent et annulent. 

Commenter cet article