Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
instants philosophie

La forme de nos réalités

1 Novembre 2012, 20:40pm

Publié par zwardoz

La perfection même

Notre être est absolument parfait signifie que quels que soient les contenus, la forme demeure une et identique ; la forme est la conscience, en tant qu’intentionnalité, en tant qu’attentionnalité. Et qui dès le début de son avancée, soudaine et imprévue, se décrit comme un dispositif, cartésien ; la Méthode est en somme une approche descriptive de la structure de conscience en tant que doute-cogito-infini et étendue puis corps-esprit.

Ce qui veut dire dans le doute que la variation est extrême en toute attention, que toute intentionnalité est suspendue dans ses contenus mêmes, et tous ses contenus, pas un seul qui puisse échapper à la vigilance de l’attention sur-tendue par et dans son effort.

Que dans le cogito, elle se sait comme pure affirmation sans arrière fond aucun, qui en contient rien, et qu’elle est bien embarrassée de cet « être » incompréhensible (si ce n’est que Descartes le re-prend dans l’idée, la super idée, l’idée superlative, de la volonté laquelle a pour finalités d’étendre son empire).

Que cette volonté est non finie, autrement dit une structure sans contenu, qui existe apparemment de par soi et dont on ne voit pas à quoi la référer dans le monde, qui est si extra-ordinairement et cerise n’a apparemment pas de rapport avec ses contenus divers et variés.

 

Structures et effets de structures

La vérité est que peu à peu on tente de passer des contenus aux structures ; la vérité est en soi une structure, comme le libre pur, ou l’unité non visible de l’individualité ; ça ne désigne pas du tout un contenu mais l’encadrement par lequel les contenus sont acceptables mais aussi … accessibles.

Si l’on se limite à penser que la vérité est un contenu, le champ se restreint. Si on assigne au libre telle finalité ou si l’on agglutine la conscience individuelle à une identité. De même si la démocratie comme encadrement généralisé est imposée idéologiquement, elle ne donne pas ce qu’elle peut déployer ; le champ se restreint, et grosso modo la démocratie a pour finalité (interne à sa structure) d’épuiser les idéologies (marxistes ou libérales, peu importe).

Autrement dit il est des effets de structures (qui aboutissent à des contenus mais sans que ce soient ces contenus qui en forment la finalité, ils sont des effets), mais parce qu’il existe des structures ; lesquelles sont débarrassées de tout contenu prescrit.

De sorte que l’on peut dire ; le moi n’est nullement la finalité du libre individuel. La « conscience de soi » comme structure n’est pas le « moi-même » tel que vécu, mais bien plus étendue.

 

Attentionnalité, intentionnalité et sujet réel

Le « sujet » cad ce qui assigne que l’intentionnalité existe comme structure (et non pas comme simple motion subjective ou comme fonction de « volonté » ou comme faire-valoir d’un quelque chose), est donc essentiellement, dans sa forme même, variable ou plutôt de variation dont on peut, doit, dont il faut mesurer l’intensité et l’extension.

L’intentionnalité, la conscience, l’attentionnalité est « ce qui se travaille de par soi ». Comme elle est forme pure, cad vide et sans-rien, elle est activisme et l’activisme tend à la précision et non pas à la totalité, mais aux totalisations, aux ensembles organisés ; elle ne cherche pas la vérité (la philosophie ne cherche pas la vérité mais produit la vérité comme contenus d’un processus plus grand que tout contenu), mais le jeu, les jeux entre les ensembles et entre les détails du monde, du donné, du vécu. L’activisme tend à dénicher la perfection selon son modèle immanent, immédiatement transcendant en son être.

La caricature constante du siècle consiste à imposer de réduire ce sujet à un moi, un moi-même. Tout nous indique que nous n’existons qu’en cet individualisme qui n’est pas le sujet lequel est individué, cad qui est objectivement étendu dans la/les réalités et jusqu’au réel même. Tant que l’individué sujet est maintenu dans l’individualisme, la démocratie comme structure ne peut parvenir à se connaitre. 

Commenter cet article