Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

Le corps Un

27 Juillet 2011, 11:06am

Publié par zwardoz

Le corps neutre consiste en l’enregistrement objectif de ce qui est. il n’est que perception et laisser être de tout ce qui vient, et loin de devenir subjectif, tend vers une plus grande indifférence et d’absorber ce qui arrive. Au fur et à mesure, le corps neutre, blanc, formel reconnait qu’il est Un.


Un de pure conception (au sens surtout d’engendrement), uniquement intentionnel, et cherchant la plus grande coïncidence possible. Il se laisse être la synthèse la plus complète et comme son intuition du corps-un est exacte, il est immédiatement, bine qu’il puisse l’ignorer au début, sur-objectif, ontologiquement objectif. Ce qui veut dire qu’il soupçonne, n’en ayant jamais de « preuve », que tout ce qui est, parvient via ce corps-un à une expression.


Il est clair que le corps-un est immanent à une expression. Parce que le corps-un est sans ombre, sans matières, sans investissement, il est lui-même une pure et entière expression vide. Absolument réceptacle et s’efforçant de seulement laisser advenir.

Pour cette raison il est toujours une ascèse ; qui peut tout autant emprunter n’importe quelle dégradation ou n’importe quelle mystique, religieuse, de l’écriture, de l’apparence ou esthétique. Peu importe.


Le corps-un veut et ne veut que percevoir, aussi il n’est rien au-dedans, entièrement tourné vers l’extérieur, sa surface reçoit et est écrite ; son dedans est lui-même un dehors, bien que distincte ; en réalité son dedans, qui est extériorisé, est précisément l’expression, n’importe laquelle, mais plus elle sera cohérente, esthétique ou conceptuelle ou ce que l’on voudra, plus son intériorité sera expression. Le corps-un c’est le gant qui saisit et se retourne de but en blanc. Très pénible, et incertain, mais sa surface est une, quoi qu’il fasse ; sa crainte est la réduction à tel ou tel « moi-même », qu’il a répudié, annulé, qu’il morfond. Il sait bien qu’il dispose d’une intériorité, mais il la brise sur la surface, et ne veut rien garder.


En somme, que tout soit vécu.

Commenter cet article