Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

No retreat, no surrender

17 Juillet 2010, 01:05am

Publié par zwardoz

Toute enquête sur les a priori ou sur les limites du rationnel renvoie apparemment à un indécidable ; or le décidable, c’est l’enjeu même de l’intentionnalité.

Ce qui amène indubitablement les vieilles nécessités sur le devant ; notre être n’est pas seulement un inventaire de ce qui est ou pas. Notre être est en révolte achevée contre tout ce qui est tel que cela est.

La rage qui nous anime peut bien être couverte par des consolations ; il faut faire face. Nous ne voulons pas de ce monde, ni de cette vie. Et notre désir d’être est plus grand que ce qui est. Aussi n’est-ce pas dans le quiétisme de la connaissance, la satisfaction du désir ou la réalisation passagère que nous pourrions nous reposer, quand bien même la connaissance serait accomplie parfaitement. C’est notre être qui travaille tout ce qui est et tout ce qui nous tombe sous la main.

Que nous n’ayons aucun repos, cela doit alors être assumé ; et comme nous ne serons satisfaits de rien, il nous faut supporter cette aveuglante expatriation ; et c’est ici que rentre en compte notre nature ; serons-nous capables de supporter notre volonté ?

Il faut à cela la force et l’évanescence de celui qui ne plie pas ; oui, on luttera, sans rien oublier, ni du monde, ni de nous-mêmes. On tiendra les deux bouts et sur tous les fronts ; pour rien, parce que c’est de notre honneur, notre dignité de ne pas déchoir à nous mêmes. Et ici se penche la valeur ; ce que nous sommes, vaut-il de ce qu’il vit, ou vaut-il en soi ? Si l’on succombe à se borner seulement à ce qui est vécu, on s’abaissera à n’être que ce que l’on est ; alors même que l’on sera dans l’impossibilité de définir « cela » que l’on est. Peine doublement perdue.

Si l’on accepte une fois pour toutes que cela vaut indépendamment de tout vécu, de toute réalisation de toute réussite ou échec, on s’animera d’une autre volonté indépendante. Ça n’est certes pas ce monde ou quoi que ce soit qui s’y rencontre, qui tiendra mon âme en échec d’elle-même.

Commenter cet article