Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

Réflexivité généralisée

21 Juin 2012, 12:27pm

Publié par zwardoz

La réflexion n’est donc pas limitée à la seule idéelle ; celle des idées, des notions, des concepts, de la structuration transcendantale ou des essences de conscience phénoménologique. Littéralement elle contamine la totalité de l’expérience ; du monde au vécu en passant par le donné, du politique au psychologique et la personnalisation, aux sciences et à la perception. L’ensemble est une architecture (intentionnelle) qui repose sur une pointe.

Le causalisme

A cela s’oppose que l’ensemble des déterminations se concocte de lui-même et se poursuit au travers toutes les réflexivités ; un causalisme total qui peut être reconstruit postérieurement mais n’est-ce pas en partie une illusion rétrospective ?

Réflexivité et réalités

La réflexivité ne se heurte pas au causalisme ; elle ne défend rien. Elle ne défend pas une identité monolithique qu’elle imposerait au monde. Tout le mouvement de la réflexivité est de rejoindre la réalité ; de telle sorte que lorsqu’identité il y a, elle puisse devenir-réelle.

La fermeture communicationnelle

A l’inverse le circuit humain de l’ensemble lui-même ne cherche pas l’irréalité, mais s’y condamne pourtant en ce qu’il fait fond de ce qu’il dit pour communiquer, échange, organiser, et qu’il y croit. Il doit croire à ce qu’il communique pour assurer les échanges et les échanges pour organiser les choses, les objets, les êtres, les corps, et donc les identités de chacun. Il doit les tenir pour certains, et la réflexivité joue toujours sur au moins deux plans ; d’une part la résolution proche et d’autre part l’horizon, global.

L’intentionnalité ouverte

Ce qui est la structure même de l’intentionnalité ; elle existe ponctuellement et résout, mais aussi invente les résolutions (en reprenant à zéro telle problématique). Mais aussi elle tente de bâtir l’horizon général sur la surface de laquelle elle essaie de lier les intentionnalités.

Il est clair que le ponctuel est essentiellement perméable ; poreux et ouvert à quantités de déterminations, de causes, et c’est en partie sa fonction même et c’est de plus sa structure en propre ; l’intentionnalité advient dans et par et pour les déterminations, les perceptions, les désirs, les expressions ; elle n’est pas autre et séparée, mais sa structure même est ajoutée à (à tout le reste, de sorte que si vient à manquer telle ou telle part de déterminations, accident du corps ou glissement de signifiants, l’advenue intentionnelle en subit les effets).

L’intentionnel est retour à la réalité

C’est dans le creux intentionnel que se formule les horizons et les ponctualités ; tous reviennent au donné vécu mondain déterminé ; il n’est pas dans la nature, l’essence, la structure de l’intentionnalité d’exister séparément. Elle est de revenir à ce qu’elle a recomposé. Sauf que dans son action même elle s’imagine et se décide et se veut séparément ; il lui faut se garantir de son être propre (fut-il second ou limité ou illusoire ou imaginaire ou simplement articulé au relationnel qui retient ce qu’il doit afin lui-même de consolider sa communication, échange, organisation, qui existe en soi et vaut par lui-même selon sa propre production communicationnelle). Une identité n’est donc pas seulement seconde ou illusoire, mais articulée et l’horizon qu’elle crée ayant quelque indépendance et donc produisant sa propre dérive singulière, tient par ses résolutions ponctuelles et par cette sorte de synthèse horizontale qui étale un calcul en propre, individué.

L’invention forcée

De deux choses, l’une. Cette synthèse parvient à inventer, en plus, ou non. Or dans la plupart des cas chacun invente sa quote-part de ce qu’il y a à être ; et ce d’autant plus que la personnalisation a permis à chacun d’advenir à être soi-même une résolution, une intentionnalité ponctuelle et horizontale. Dans sa personnalité même chacun crée des résolutions et des inventions.

Le conclusif

Et plus généralement ; de telles synthèses ne sont pas illusoires en elles-mêmes mais articulées au donné vécu mondain ; elles sont conclusives. Conclusives parce qu’advenant au bout du compte intentionnel (qui intègre le communicationnel, l’organisationnel, etc) mais aussi en ceci ; chacun perçoit, perçoit le résultat.

Le résultat d’un processus intentionnel spécifique, est essentiel ; chacun est en mesure de saisir les effets de ces causes diverses.

Le communicationnel-organisationnel

Et il s’agit là du processus démocratique lui-même ; ce qui distingue le démocratique est sa capacité à se modifier, superficiellement et en profondeur mais toujours « en connaissance de causes », puisque l’on n’imagine pas une modification qui serait incompréhensible, au moins idéalement, et qui échappe aux acteurs eux-mêmes ; les actions et activités n’auraient plus de sens du tout, inapplicables.

Et si cela revient à accentuer le démocratique pur, c’est que pour chacun il s’agit réellement de cela.

Si chacun est à lui-même une unité, et une ponctualité et une horizontalité, cela signifie que le conclusif (ce par quoi la réalité est telle ou telle, jugée, pensée, admise, produite, créée, telle ou telle) est assumé par tout-un-chacun, et non plus par un système symbolique, autoritaire, fermé.

La Coordination démocratique

Et si il n’est plus une régulation disons symbolique, communément partagé a priori (indépendamment des réalités, ce qui à quoi faisaient office les idéologies à la suite des systèmes politico religieux), il est une nécessité communicationnelle incoercible ; pour que chacun advienne à sa, ses propres résolutions, il faut que chacun sache où en sont les autres, en quel calcul ils (s’) investissent. L’impératif communicationnel est un impératif organisationnel ; on ne peut qu’avancer vers plus de transparence et de littéralement connaissance de « ce qui existe vraiment ». Au-delà des procédés d’identité et de restriction de compréhension (qui fondent l’obscurité des pouvoirs qui ordonnent dans l’inconnaissance, la non-république). 

Commenter cet article