Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

Le réel avance comme Autre

3 Mars 2016, 11:36am

Publié par pascal doyelle

L’élément qui vient en plus, par les grecs, mais en vérité par toute la méditerranée, on se focalise sur la pensée grecque mais ce qui affleure dans chacun des mondes humains de ce lieu (qui ramène à soi l’orient, l’Afrique), l’élément qui affleure, qui pointe, qui émerge offre une plus considérable ampleur et la « pensée » doit être comprise autrement que par la « raison », sa traduction très tardive, et sans que cette compréhension hors raison cesse de s’informer en cohérence,

l’élément qui vient en-plus existait précédemment dans les mondes particuliers ; il est probablement « cela même qui rendait possible » les mondes, les groupes humains, les langages, les cultures ; en ceci que l’arc de conscience, dont il est question, surgit, nu et sans rien, de la cervelle ; il n’est qu’une pure et simple tension ; mais par simple et pure il faut comprendre.

L’arc de conscience comme tel n’ayant aucun contenu (il n’est aucun esprit, raison, conscient, systèmes de langage ou ego) s’adresse directement au corps (en ceci il est plus qu'individualisé, il est singulier absolu, comme corps) ; et plus précisément à la surface du corps. Autrement dit qu’il y ait un arc de conscience veut dire que la tension qui nait de la cervelle superpose au corps donné là, physiologique, une autre surface, marquée et qui en somme fait-retour ; elle fait-retour ; le dit retour est le corps lui-même, et évidemment ça ne va pas sans mal, puisqu’un corps n’est pas censé accepter une telle puissance étrange, cad un tel potentiel, un tel possible.

Si l’arc de conscience était un contenu (esprit, représentation, raison, conscient, langage, etc), il ne parviendrait pas à s’adapter à tout ceci ou cela ; cela annulerait sa fonction même ; et de toute manière tout contenu paraitrait (et parait effectivement) quelconque, déterminé, partiel, partial, en comparaison de l’extrême possibilité qu’est cet arc ; qui de fait non seulement sait qu’il sait ceci ou cela, mais se-sait lui-même ; et il se sait lui-même non comme un contenu, une identité, mais comme rapport ; le rapport se sait comme rapport et son exister n’est rien que ce report vers (soi), en lequel comme il convient le report ne désigne rien du tout sinon lui-même ; il intercale juste des idéntités entretemps, mais existe comme une pure fonction formelle (de même que l’être, dieu ou le sujet ou l’altérité sont de pures formules vides et hyper actives ; la même fonction d’hyper activisme est assigné par Platon aux idées, Plotin au Un, augustin à dieu, Eckhart à la déité par delà dieu, Descartes au sujet (qu’il ne nomme pas comme tel, qu’il désigne comme « dispositif des dispositifs), Hegel à l’esprit gouffre total, Nietzsche à la volonté-qui-revient, Heidegger à l’être-le-là comme ouverture, Lacan au vide-impossible, etc).

Il n’est que la raison et l’idéologie (non péjorativement) attenante qui croit que la détermination explique, intégralement, la détermination ; la raison relève d’une idéologie plus étendue ; le réalisme ; et tout cela est bel et bien bon, en ceci que le réalisme permet d’adapter au monde donné là, au vécu, au corps les arcs super étendu de la pensée, de dieu et du sujet, de les adapter au monde donné ; marquant donc que par l‘historicité l’arc découvert par les grecs (et autour de la méditerranée, qui a donc sorti cet arc de tout contenu, de tout monde, créant les grecs, les chrétiens mais aussi le dieu Un très étrange, les gnoses, sectes diverses, droit romain, etc, arc qui ne tient pas, ce colle pas à ces formulations mais les produit activement), cet arc s’investit plus avant dans l’épaisseur du donné là ; la raison remplace la pensée, la naturalité remplace dieu, le moi remplace le sujet (et son articulation hyper majeure ; le christique ; si chacun se devait à l’imitation du christ, qui rassemblait toutes les consciences en et par une seule, mais ce faisant ayant déjà à les isoler une par une, par Descartes (et quantité d’autres sujets) chaque arc devient à-soi-même).

On passe donc des configurations extrêmement élevées et pleines de leur Altérité formidable, aux figurations qui risquent fort, toutes nécessaires soient-elles, d’enfermer le structurel, la forme dans un donné là ; absentant le « là » au profit du donné (le moi ignore le sujet, la science absente le sujet, les théories, ou idéologies, annulant le sujet ; mais également tout le reste pensée, dieu, et même détruisant l’universel lui-même ; le sujet dans la science par exemple qui parait battre son plein d’universel tend à réduire cet universel, à se couper de son origine structurelle, collusion entre la science et le technolgique, avec l'étatisme, avec l'idéologie du corps qu'est l'économisme ; à n’interroger plus même les individus comme acquis à l’universel et encore moins capable de les supposer sujets structurels, cad impossibles, ce qui, pour le réalisme, est le comble de l'absurdité ; les théories philosophiques, les antiphilsophies, n'ont pas manqué de tomber dans le panneau).

L'avancée du structurel des configuraitons dans les figurations mondaines c'est pourtant ce qui est arrivé ; au fur et à mesure l’arc de conscience né de l’externe réalité, vient vers, en retour sur le corps.

Mais par externe on n’entend pas extérieur (l’extérieur se produit d’une intériorité, que ce soit le groupe, ou la représentation ou le moi, etc) ; par externe il faut comprendre l’externe de l’interne ; or l’interne est la structure même, l’arc de conscience qui peu à peu s’est découvert et élaboré ; en fait il ne peut pas se découvrir sans s’élaborer, il se découvre en s’inventant, il ne convient pas que le Un, formel, dépende d’autre que de lui-même, ce lui-même étant un rien et non un quelque chose, il s’acquiert à partir du vide de la forme même ; soit philosophiquement soit dans son activisme même, esthétique, éthique, politique, idéel et quantité d'inventions, de re-prise du donné en Créé) ; et il ne le peut pas puisqu’il n’est pas un contenu de par soi, mais une tension qui relève d’elle-même comme pur vide sans rien, mais formel et radical, radicalement positif, ça n’est pas un manque mais un excès absolu, ce que signifie formel.

Ce faisant produisant l’interne, le structurel, l’arc de conscience, pure tension à partir de la cervelle indépendamment de tout contenu, qui ne colle pas à quelque contenu que ce soit, il crée la DimensioN ; c’est la dimension qui va s’architecturer ; le Corps qui va se prendre selon l'éthique, esthétique, poltiique, idéel, mais aussi la philosophie qui se charge de réfléchir cet arc de conscience (qui est en lui-même totalement réflexibilité, renvoi de la ligne d’horion du monde « là » vers, sur, par un Corps, métamorphosé, investit, surinvesti, écharpé, dépiauté, corps de surface vide et sans lien, mais donc libre, ce dont on ignore tout, ce dont on ignore toujours tout, mais que l’on-sait, du se-savoir formel). Produisant l’interne structurel (toutes les descriptions philosophiques qui explorent cet interstice, l’inventant comme interface continuelle, dont aucun ne dit, n’exprime, ne représente la toute valence, la surpuissance, comme dit la Potentialité, sinon elle ne serait pas potentielle, ou virtuelle, en plus de tout et quelque que soit le donné, le monde, le moi, le corps et donc toutes les possibilités d'acculturation totale ; Montaigne vaut en et par lui-même comme avancée dans l'inconnu, ou Rimbaud ou Mozart et les noces du désir se réfléchissant ; chaque point est absolument littéralement tout ce qu'il dit comme Existant, grand Existant dans le donné et le "là") et par quoi nous sommes absolument largué dans l’externe ; le « là » précisément.

Il est une unilatéralité totale de l’interne structurel vers l’externe donné « là » ; totu est là -au-devant ; puisque l’interne est de structure et donc vide ; c’est seulement que l’interne se déployant crée telle ou telle intériorité ; de même qu’il créait des mondes humains en nombre indéfini (les mayas, les égyptiens, les royautés, les empires, etc, jusqu’à ce que la révolution, unique, il n’y en a qu’une, s’impose dans la division de Un par Un, sans groupe). Unilatéralité en ceci que le réel avance d’un seul plan ; sauf que ce plan n’est pas plat… il est absolument, radicalement, à la racine, retors ; ce qui veut dire qu’il se réfléchit, raison pour laquelle il est (et n’est que) un présent. Et ainsi se prenant lui-même pour cible, l'interne, la structure de tension, produit dans l'interstice la potentialité même, et ce qui pour chacun dans son moi s'inscrit comme virtuel ; la diffraction qui eut lieu entre la forme et les contenus, a engendré le feuilletage de la dimension excessivement stricte et infime, invisible et non mesurable, juste passage ; le seul arc-tension (de la cervelle surgissant) antérieur aux mondes humains, aux langages, aux identités.

Commenter cet article