Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

Descartes, Sartre, Lacan

7 Mars 2017, 11:48am

Publié par pascal doyelle

Sartre et Lacan sont les deux faces de la même pièce ; côté monde et autres et historicité (Sartre) et côté dépliement interne de la structure de conscience (et de tous ses dispositifs si complexes et étranges ; par Lacan). Soit donc l'externe (l'acte de conscience dans le donné là ; Sartre) et soit l'interne (le retour super étrange de l’acte dans un corps ; lacan). Qu'ils soient français veut dire que se continue celui qui a inauguré que la pensée elle-même s'origine en un "être" une structure un dispositif étrange ; qu'ils continuent Descartes ; qu'ils soient français veut dire qu'ils parlent français et qu'ils ne se paient pas de mots et qu'ils soient suffisamment arrogants pour prétendre que "oh mais non ce désespoir sans fond, analytique de notre être, de la structure de conscience de notre être, ne nous touche pas ; nous sommes aussi indifférents et libres que le réel lui-même". Pour les français rien ne vient boucher le vide formel de la conscience.

On remarquera que Descartes domine impérieusement tout le réel (je suis invariablement le seul point fixe dans le déchainement), que Sartre jette un œil sur le côté (le monde et les autres et ce corps perçu du dehors) et que Lacan vous transperce avec bienveillance (je vais vous jouer un bon tour)

« Mais, sitôt que j'ai eu acquis quelques notions générales touchant la physique, et que, commençant à les éprouver en diverses difficultés particulières, j'ai remarqué jusques où elles peuvent conduire, et combien elles diffèrent des principes dont on s'est servi jusques à présent, j'ai cru que je ne pouvois les tenir cachées sans pécher grandement contre la loi qui nous oblige à procurer autant qu'il est en nous le bien général de tous les hommes: car elles m'ont fait voir qu'il est possible de parvenir à des connoissances qui soient fort utiles à la vie ; et qu'au lieu de cette philosophie spéculative qu'on enseigne dans les écoles, on en peut trouver une pratique, par laquelle, connoissant la force et les actions du feu, de l'eau, de l'air, des astres, des cieux, et de tous les autres corps qui nous environnent, aussi distinctement que nous connoissons les divers métiers de nos artisans, nous les pourrions employer en même façon à tous les usages auxquels ils sont propres, et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. Ce qui n'est pas seulement à désirer pour l'invention d'une infinité d'artifices, qui feroient qu'on jouiroit sans aucune peine des fruits de la terre et de toutes les commodités qui s'y trouvent, mais principalement aussi pour la conservation de la santé, laquelle est sans doute le premier bien et le fondement de tous les autres biens de cette vie ; car même l'esprit dépend si fort du tempérament et de la disposition des organes du corps, que, s'il est possibles de trouver quelque moyen qui rende communément les hommes plus sages et plus habiles qu'ils n'ont été jusques ici, je crois que c'est dans la médecine qu'on doit le chercher. »

— René Descartes, Discours de la méthode

De quoi le scrupule français est la tenue du corps, tout ceci n'est pas sans cause ni sans effets ; il n'est rien qui soit sans la Cause et sans les effets de la Cause.

Commenter cet article