Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

De la philosophie politique (du 20 ème au 21 ème)

23 Novembre 2008, 00:08am

Publié par zward

Il est bien certain que le sujet joue de deux tableaux, au moins ; qu'il est un rapport entre d'une part l'étrangeté du jeté-là qu'est l'être, comme surface immanente transcendante (qui donc réclame une explicitation, qui revient constamment sur cette explicitation, puisque rien du monde, ne lui correspond), et le donné mondain déterminée diversement, que ce soit comme multiplicité à l'horizon du moi, (et qu'il n'approche jamais, multiplicité que seulement le sujet en ce moi peut lui octroyer) ou comme identité qui subsume cette diversité (par sa personnalisation , à défaut de l'identité collective de prononciation apprise, et laquelle personnalisation est une tenaille intentionnelle qui est , du coup, dessertie par la rupture du sujet).
Que par conséquent, le sujet aura fort affaire à l'identité même du moi (qu'il croit être, et qu'il a réussit à vivre historiquement, à faire exister et ce fût toute l'entreprise du 20 éme siècle).


Qu'il peut littéralement broyer ; en s'insinuant dans les intentionnalités ou en remplaçant instantanément la construction et essentiellement le constructivisme du moi ; qui existe en action, et dont la cessation d'activité intentionnelle cohérente (avec son milieu, son passé, son image, son corps, etc) peut bifurquer en une fois vers la trajectoire du sujet ; or le sujet n'est que cela , une trajectoire, une tendance, et non pas le cercle, mais la tangente ; il ne peut suppléer au moi, à son énormissime organisation. Ni bien sur , aux méta organisations du moi, aux réalités organisationnelles des sociétés humaines ; le sujet s'y emploie comme régulateur, si critiqué d'universalités ; droit ou morale qui peinent à rendre compte du vécu ... puisqu'il fallut inventer la psy et la sociologie , etc, afin de commencer d'y avancer ; dans l'épaisseur invraisemblable du vécu, d'une part et de l'organisationnel (le « méta « , les instances objectives, la technologique et ses mises en fonctions d'un donné découpé ).


A l'approche de toute ces densités et ces complexités, le sujet et son universalité, paraissent abstraits, extérieurs et ne pas remplir leur rôle. Mais cependant, il n'est aucune porte de sortie de la densité étouffante du vécu et de l'organisationnel tellement élaboré, sinon dans leur fondement dit « ontologique » ; cad que les organisations humanisantes (culturelles et technologiques) n'ont de signification réelle que par l'ajout de la perspective unique et décisive (cad qui décide... du possible) du sujet.


Ce qui est de fait une reprise de fondation du politique lui-même au sens om précisément de cette démocratie que l'on ne sait pas encore... Le sujet n'a de continuité (outre et hormis et au-delà du devenir individué qu'il ouvre absolument) que politique.

Commenter cet article