Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

Le kaléidoscope amoureux : internet - 2

21 Novembre 2006, 12:00pm

Publié par zward

Le kaléidoscope amoureux : internet.

Ça tourne, ça tourne , dans tous les sens. 
 D
’aucuns disent que ça tournent en rond. 
Pas toujours. 
Mais une certitude : ça creuse un choc. 
On pourrait croire qu’il est peut-être question de détérioration psychologique. 
De dépersonnalisation. 
On ne sait plus qui veut quoi et ni même ce que l’on veut soi-même.


Bien avant l’aube élevée du Net, savait-on réellement ce que l'on désirait ?  qui l’on désirait ? 
Bah , de ce coup fameux, on ne sait plus ... parce que le rythme de notre psychologie est sélective, unilatérale, complexe et donc peu encline à se démultiplier : et que la rudesse de net , cela équivaut à soit se replier soit se dessaisir de soi … soit enfin ouvrir les yeux …

 
Le repli : en face de l’impossibilité à saisir réellement quelles sont les intentions précises, que ne manifestent pas l’autre, mais qui vont gouverner toute la conduite. Des personnes réellement en couple, ce qui est  répandu…si l’on y ajoute les internautes qui attendent un amour contrarié. 
Alors ceux-là  se vengent ou passent leur ennui ou  provoquent via l’incognito affectif du net.
En quoi donc on ne sait pas ce qu’il en retourne en l’autre, et croire que celui-ci, l'autre tout neuf, est blanc comme neige est , trois fois sur quatre, une pure illusion.  

 

Il est empli de contradictions, l'autre, d’indécisions, et de volontés de profit quelconque (réel ou psychologique), de fantômes également, voir de présences inaccessibles ,ou réelles, et enfin explose d’une difficulté invraisemblable, cette fois, extrêmement psychologique…relationnelle, d’image de soi et d’acceptation impossible de l’autre.

 Soit :  des personnes difficultueuses … qui présentent face aimables, (c'est si rapide , si phénoménalement immédiat ) qui donnent le change, et se prennent elles-mêmes au jeu, parfois , juste un court instant , ou allonge la sauce et trempant un peu le pain, en retirant lointainement le goût, mais gardant bien par devers soi une résistance, un point de vue distancié, une indifférence ; 

 prêtes ,ces personnes, à lâcher les chiens dés que brèche, dés que lassitude et dés que déception de leur propre part ; déception de leur propre affectivité incertaine, inutilité leur semblent-ils de leur vengeance, dégoût envers l’autre en ce qu’il ne ressemble pas : sans curiosité réelle sinon pour la réalisation de leur existence fantasmée, imaginée : « oh non je vaux beaucoup mieux, plus que « cela » ! »

 Alors vous voici entraînés dans un rapport de forces en présence qui vous échappe : vous n’en saisissez pas les raccords, puisque qu’il faudrait débobiner l’écheveau.

 Ménage à trois ? Vengeance ? Amour transis ? Ancien attachement pas résolu ? Agressivité ou haine cachée envers l’autre ou envers l'autre sexe (qui sont deux principes distincts ) ?  Faiblesse dépressive momentannée ou constituti? Facilité à jouer et de bien apprécier jusqu’où l’autre va s’enfoncer ?

 Les incertains affectifs.

 Petitement agréables à fréquenter plus ou moins, mais froides et roides au-dedans.
Impression de s’efforcer dans une partie perdue d’avance. Un jeu pipé.

 L’incertitude : un effacement des affects, une intolérance et une incuriosité envers l’autre : à croire que l’autre est attisé afin de le détester, afin de le réduire, afin de se prouver à soi-même que l’on a bien raison de le mépriser, afin de basculer, cad de reporter sur cette personne l’indifférence ou le mensonge ou le dénigrement dont la tierce personne, l’autre, la personne tierce précédente,  nous a affligé. La tierce personne, à croire qu’il y a toujours une tierce personne et que par conséquent on perd pied rapidement puisqu’une des composantes en présence nous échappe…

 Ou est la composante qui manque, du puzzle soit disant actuel qui se joue affectivement en cette rencontre ?

 Question insensée … mais réelle une fois sur deux…chercher ce qui manque ...

 Quant aux incertains, incertaines…

 Et bien on ne peut pas demander une régularité, si séduit, on ne l’est plus, ou pas, ou de moins en moins … mais on pourrait en attendre la capacité de porter l’illusion effectivement plus profondément…une curiosité … une envie d’en savoir plus …

 Or sitôt les quelques déceptions inévitables, ce qui appert, c’est le manque de caractère, de décision, de constance, de logique interne. Vision totalement irréaliste de soi, de l’autre, et favorisée par le criticisme français …

 Désignons par là cette faculté négatrice, mauvaise, méchante de ne retenir en l’autre que les mauvaises passes…faculté élue française, cad vaniteuse et globuleuse , indistincte, qui s’abat absurdement comme la foudre et ne connaît en l’autre que l’occasion de sa « grande » lucidité , cad de sa propre imbécillité aveugle.

 Cette méchanceté idiote qui parcourt par ailleurs tout le corps social …

 Impossible de se bien disposer face au caractère mordant, dont la « franchise » n’est que prétexte à critiques acerbes : la véritable franchise est d’encourager les autres, et non pas à les découper en négativités diverses.

 En effet : on se fout du mauvais que l’autre nourrit envers nous-mêmes : qu’il le garde pour lui ; ce que l’on veut ça n’est pas non plus une adulation, dont on reconnaît bien la totale inutilité : ce que l’on veut , c’est que l’autre appuie sur les traits susceptibles de se développer en bien, en mieux , en plus nettement : bref accentuer ce que l’on estime en soi.

 Mais cela appuierait tellement une sympathie naturelle que l’esprit mordant, méchant, négateur n’y trouverait pas son compte : lui qui n’existe que de nier et abattre
(« casser » ?? oui, casser... :-)

  Est-ce un mal ? 
Diversité sus-descrite dans son versant objectif .. à savoir : les situations
mais qui peut être portée aussi psycho-affectivement , mentalement : quels genres d'individualisations , tous ces trajets croisés ??? 
 à
y revenir ...

 Est-ce un mal de se tenir le cap vaille que vaille dans la mer démontée ? 
n'est-ce pas un Bien ? 
mais ou est le bien ??? 
cette question est le fondement de toute la démarche ... de quantité de nos contemporains fébriles.
q
uel est le sujet susceptible de résister et contrôler l'internet ?
j
e veux dire psychologiquement, dans ses  nerfs affectifs ... 

 

(puisqu'il est nécessaire de s'éprouver à la plus haute branche : l'affect ; ah le challenge est costaud ! il flippe les coeurs et décoiffent les cervelles de par la compréhension énorme exigée par l'outil même du net !)

ainsi, exemple fabuleux ... 
on attendait un pont lancé entre hommes et femmes : sur lequel se discuterait dans le vif , dans le comportement et les mouvements internes qui s'assouplissent , se discuteraient et seraient effectivement réalisés les petits renouveaux et les grandes découvertes relationnelles que l'on attend depuis trent-e ans ...
internet ?
et entre hommes et femmes , certes , mais entre , donc, tout autre et moi-même.
et entre moi et moi-même. 
en somme :  et bien tout est lié , et c'est ici, maintenant que ça se lie.

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article