Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
instants philosophie

homme-femme , et en-deça

28 Novembre 2006, 21:20pm

Publié par zward

La suspension du jugement, de l’entendement, de la volonté met en place la perception ; à croire qu’il est une répartition du réel entre deux facettes d’attention.

Perception, émotion, sentiment, corps réel et qui se dit entier.

Découpage analytique du perçu, intellection et idéalité, volonté, corps partiel.

A croire que le sujet devrait réunir deux faces d’une même réalité humaine, mais que celle-ci ne peut les tenir ensemble. Le corps un n’est pas le corps entier, (cad en fait perçu du dehors par un autre sujet) , mais n’est pas non plus le corps objectif, découpé, partiel. L’unité du corps un ne se sait pas d’une détermination, (entière ou partielle), mais d’une possibilité.

 

Tandis que corps entier ou découpé, est déjà engagé dans un réel qui n’est pas nu.

Dans un réel dont on veut ou attend quelque chose… engendrant les deux cycles : attente et volonté. Perception et découpage intellectuel. Présentation de soi et représentation objectivisante.

Ce qui veut dire qu’il est un univers du corps : là : à distance mais immédiat. Le fond du tréfonds. Dont on ne sait rien : au sens où ce que ça dit , ça le montre … dont il n’est d’unique témoin que le sujet lui-même… ce qui est infiniment important… d’une parole qui ne s’adresse à personne en particulier …qui n’est pas causée à l’inverse ; cad causée, destinée à un autre … un corps libre.

Commenter cet article

Artno 03/12/2006 21:14

homme-singe et en-deça, je crainds de ne pas être assez éveillé pour suivre ton raisonnement. Honnêtement, je n'ai pas compris de quoi tu voulais parler...
Mais je reviendrai

Une renarde rusée... 29/11/2006 19:33

oui, en effet, c'est triste. Alors que le corps et l'esprit sont si agréablement harmonisés pour se compléter et se délivrer. Se livrer parfois aussi. La lune est belle, ce soir.